Show Less
Restricted access

Crowdfunding, industries culturelles et démarche participative

De nouveaux financements pour la création

Series:

Laurent Creton and Kira Kitsopanidou

La notion de participation, associée aux usages du web 2.0, est devenue une composante essentielle de l’économie numérique. Par-delà les fantasmes cultivés par les discours médiatiques sur l’économie participative et la rhétorique techno-démocratique, cet ouvrage vise à déterminer si la nouveauté des termes « crowdfunding », « finance participative », « économie contributive », « crowdsourcing », « consommation collaborative », etc., rend compte de changements majeurs et d’innovations significatives en matière de pratiques sociales, de modèles organisationnels et de logiques financières et industrielles à l’œuvre au sein des industries de la culture.
Le crowdfunding contribue-t-il au financement et à l’exposition de biens culturels plutôt en marge des logiques industrielles et du circuit commercial traditionnel, ou est-il principalement au service de l’économie de best-sellers participant d’emblée à la réduction de l’incertitude qui caractérise tous les biens d’expérience et permettant la captation très en amont d’une audience potentielle pour les projets les plus fédérateurs ?
L’ouvrage met en perspective les logiques transformatives du crowdfunding et de l’économie participative selon une approche interdisciplinaire (économie, sociologie, sciences de l’information et de la communication, droit, histoire) en se fondant sur l’étude de cas précis et sur les témoignages de professionnels issus de différents secteurs culturels et créatifs.
Show Summary Details
Restricted access

De la gratuité au crowdfunding dans le contexte du tournant participatif de la culture à l’heure du web

Extract



Un récit rétrospectif entre concepts, technologies et pratiques

Laurence ALLARD

Désormais, tout peut se « crowdfunder » : des films porno, des transats à la voile, des capteurs de pollution, des frais médicaux et même des thèses et des mémoires de recherche. 450 plates-formes de financement participatif seraient en service à travers le monde et près de 1,5 milliard de dollars (1,12 milliard d’euros) ont été levés en 2011 pour des projets en tout genre1. Les premières plates-formes de crowdfunding, dans le champ des industries créatives, sont apparues en 20072. Dès à présent, il peut être fort utile d’historiciser le financement participatif afin de le remettre en perspective sur le plan notamment des technologies culturelles qui le sous-tendent ainsi que des modèles socio-économiques qui l’ont rendu praticable. Cet article propose l’un des récits possibles du crowdfunding en croisant trois éléments : concepts, techniques et pratiques. Ce récit, scandé suivant 3 actes avec un intermède, questionne in fine la montée du financement participatif dans le cadre du paradigme des économies collaboratives dont le caractère « d’économies résilientes » reste également à interroger. Le premier acte renvoie à l’architecture technique du P2P associé à la problématique de la gratuité et aux pratiques d’échange de fichiers. Le deuxième acte articule les services du web 2.0, le crowdsourcing et les pratiques d’audienciation des contenus. Un intermède nous fait mieux connaître...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.