Show Less
Restricted access

L’Acte inqualifiable, ou le meurtre au féminin / Unspeakable Acts: Murder by Women

Series:

Edited By Émeline Jouve, Aurélie Guillain and Laurence Talairach-Vielmas

Qu’elle soit appelée meurtrière, assassine ou tueuse, la femme qui commet un homicide élude les catégories usuelles : elle dérange l’ordre social, bouleverse les rapports de forces symboliques et inquiète les dispositifs judiciaires. Cet ouvrage collectif bilingue (français et anglais) interroge la manière dont l’écriture ou la réécriture du meurtre au féminin contribue à façonner et à problématiser la mémoire collective de ces affaires criminelles qui font figure d’exception.

Female murderers often elude firmly established categories as they disrupt the social and symbolic orders of patriarchal societies and call into question the well-oiled mechanisms of their legal systems. This collection of essays (in French and in English) examines the making of narratives that have staged actual or fictional female murderers, influencing the ways in which these women are collectively remembered – narratives that often lay bare the covert foundations of the indictment process.

Show Summary Details
Restricted access

« [An] undutiful wife is a home-rebel, a house-traitor » : la construction du personnage de l’épouse meurtrière dans Arden of Faversham (1592) et A Warning for Fair Women (1599)

Extract

← 30 | 31 →

« [An] undutiful wife is a home-rebel, a house-traitor »

La construction du personnage de l’épouse meurtrière dans Arden of Faversham (1592) et A Warning for Fair Women (1599)

Frédérique FOUASSIER-TATE

La tragédie domestique fait son apparition sur la scène anglaise à la fin du XVIe siècle. Les premières de ces pièces, en vogue essentiellement entre 1590 et 1610, sont connues sous le nom de murder plays. Elles se fondent sur des crimes réels et relativement récents. Les pièces qui en sont tirées répondent à la demande d’un public en quête de sensationnalisme tout en professant une volonté d’édification. La leçon est, selon les auteurs, d’autant plus efficace que leurs œuvres montrent de simples citoyens auxquels les spectateurs peuvent s’identifier. Ces pièces ont été largement étudiées par les historiens en raison de leur réalisme et des nombreux renseignements sur la vie quotidienne qu’elles fournissent. Pourtant, leur intérêt va bien au-delà de la valeur documentaire, notamment en ce qu’elles révèlent des contradictions dans la construction du statut de l’épouse et mènent une réflexion sur les enjeux de la représentation de cette dernière.

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.