Show Less
Restricted access

Enseigner les littératures dans le souci de la langue

Series:

Edited By Christophe Ronveaux

Qui enseigne la littérature est plongé dans l’embarras lorsqu’il doit délimiter l’objet à enseigner. Soit la langue lui apparait dans la régularité d’un système irréductible à ses usages singuliers, considérés comme « littéraires », soit c’est la littérature qui s’impose comme l’usage le plus abouti d’une langue pour élaborer des savoirs scolaires sur celle-ci. Qu’il enseigne les littératures dans le souci de la langue ou la langue dans le souci des littératures, celui-là devra poser des choix qui renvoient aux savoirs scolaires d’une discipline, définie dans les configurations successives de son histoire. Les contributions rassemblées dans cet ouvrage questionnent ces choix sous l’angle historique des pratiques attestées, sous l’angle esthétique de représentations fantasmées, sous l’angle des pratiques de classe contemporaines, sous l’angle des objets à enseigner (la ponctuation, les albums pour la jeunesse, le comique, la lecture littéraire). Se côtoient analyses de dispositifs d’enseignement et de formation, du primaire et du secondaire, dans un dialogue constructif, dont la synthèse reste à faire.

Show Summary Details
Restricted access

La lecture littéraire en débat, pour en finir ?

Extract



Bertrand DAUNAY1 & Jean-Louis DUFAYS2

Introduction. Source et structure de ce dialogue

Si la notion de lecture littéraire est aujourd’hui convoquée par un grand nombre de recherches et d’ingénieries inscrites dans le réseau des chercheurs en didactique de la littérature, elle est aussi, depuis ses origines, un objet de débats et de divergences d’ordres assez divers. Conçu pour rendre compte de ces débats et les éclairer, le texte qu’on va lire résulte d’une commande : les organisateurs des onzièmes rencontres des chercheurs en didactique des littératures (mars 2010), qui avaient pour objet « Enseigner les littératures dans le souci de la langue », nous ont demandé de confronter nos approches respectives de la notion de lecture littéraire dans un dialogue, convoquant là un genre rhétorique bien attesté dans notre corpus littéraire.

Si nous avons été sollicités pour ce dialogue, sans doute est-ce parce que nous avons l’un et l’autre défendu à propos de la notion de lecture littéraire des positions qui ont pu sembler diverger sur un certain nombre de points. Même si ces divergences nous paraissent beaucoup moins nombreuses que nos points d’accord, le présent dialogue est l’occasion pour nous d’expliciter des spécificités de position sur cette question – qui tiennent en partie à celles des itinéraires que nous avons pris, sur les plans institutionnel, théorique, personnel : nous n’éclairerons pas ces sp...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.