Show Less
Restricted access

Transitions dans la petite enfance

Recherches en Europe et au Québec

Series:

Sylvie Rayna and Pascale Garnier

À la suite du colloque international Petite enfance, transitions et socialisation, ce livre rend compte de l’importance des transitions au cours de la petite enfance. Il montre toute la diversité des espace-temps transitionnels avant la scolarité obligatoire : entre la famille et des modes d’accueil familial ou collectif, et entre différents lieux institutionnels, comme la crèche et l’école maternelle. Il s’intéresse aussi à des micro-transitions dans la journée des enfants dans un même lieu d’accueil. Entre continuités et ruptures, il porte également sur des espaces institutionnels dont la vocation est précisément de faire transition entre la famille et l’école.

La pluralité des contextes nationaux de l’éducation des jeunes enfants est mise en relief, avec des contributions venant de Belgique, d’Écosse, de France, du Québec, de Suède et de Suisse. Dans ces différents contextes, les recherches montrent que l’éducation préscolaire est un lieu de tensions entre des systèmes de normes institutionnelles et culturelles différentes : les uns tournés vers le monde scolaire et les autres vers la sphère familiale. Penser les transitions permet d’en éclairer les définitions respectives en croisant les points de vue des professionnels et des parents, en lien avec les expériences vécues par les enfants. C’est aussi montrer les défis que représentent ces tournants décisifs de leur vie.

Show Summary Details
Restricted access

Passage de la crèche à l’école maternelle : confrontation des enfants à un nouveau cadre spatio-temporel (Monika Wator)

Extract

← 146 | 147 →

Passage de la crèche à l’école maternelle : confrontation des enfants à un nouveau cadre spatio-temporel

Monika WATOR1

Le système français de prise en charge institutionnelle des enfants avant l’âge de la scolarité obligatoire fixée à six ans distingue schématiquement un accueil jusqu’à trois ans relevant du ministère des Familles, de l’Enfance et des Droits des femmes, et un accueil des enfants de trois à six ans sous la tutelle du ministère de l’Éducation nationale. En fonction des places disponibles, les écoles maternelles peuvent aussi accueillir les enfants entre deux et trois ans ; cette scolarisation précoce a été relancée en 2013 dans le cadre de la loi de refondation de l’école. À ce système s’ajoutent, bien que peu nombreux, des « jardins d’enfants » ou « jardins maternels » (Garnier et al., 2016) et, depuis le début des années 1990, les dispositifs passerelles destinés aux enfants entre deux et trois ans (voir le chapitre de Garnier & Rayna dans cet ouvrage). Cette discontinuité institutionnelle dans l’accueil du jeune enfant et, par là, l’absence d’un curriculum pour l’ensemble des enfants de moins de six ans sont pointées depuis quelques années par les études internationales comparant les systèmes d’accueil dans une réflexion générale sur la qualité et la cohérence de ceux-ci (OCDE, 2007 ; Kaga, Bennett & Moss, 2010 ; Dahlberg, Moss, & Pence, 2012 ; Rayna, 2014).

Compte tenu de...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.