Show Less
Restricted access

Histoire, Forme et Sens en Littérature

La Belgique francophone – Tome 2 : L’Ébranlement (1914–1944)

Series:

Marc Quaghebeur

L’invasion allemande d’août 1914 suscite en Belgique un véritable sentiment patriotique qui se manifeste par la résistance imprévue de l’armée belge. À Noël 1914, les troupes impériales sont enlisées dans les plaines de la rive droite de l’Yser.

Le viol de la neutralité belge comme les violences de la soldatesque déchaînent un sentiment antiallemand qui anéantit du jour au lendemain l’admiration vouée jadis par les Belges à l’Allemagne. Ce rejet concerne dès lors tout ce qui touche à la culture germanique. Or, l’adoption du suffrage universel pour les hommes au sortir du conflit met progressivement fin à la « Belgique française ».

Ce deuxième tome de la série Histoire, Forme et Sens en Littérature : La Belgique francophone aborde l’impact de ces événements sur les grands auteurs de la génération léopoldienne. Ensuite, il s’attache, à travers la nouvelle génération d’écrivains, à l’affirmation du fantastique réel chez un Hellens ou un Thiry, ainsi qu’aux novations langagières et formelles des Michaux, Nougé, Plisnier ou Crommelynck. Il dialectise ces esthétiques souvent remarquables avec l’hypostase de plus en plus exacerbée de la langue française et de la France, portée à son acmé par le Manifeste du lundi. Il rend également compte de la mise en place d’une historiographie littéraire bien plus complexe que les simplifications du Manifeste.

Portée par les fourgons de la défaite de mai 1940, la reviviscence du mythique chez Maeterlinck, Ghelderode, Hergé ou Nothomb surgit comme une réponse très belge à la faillite du réel. Les contrepoints de Victor Serge à l’égard des deux conflits mondiaux le confirment à leur manière.

Les deux premiers volumes de la série Histoire, Forme et Sens en Littérature : La Belgique francophone ont été récompensés en 2017 du prix Lucien Malpertuis. Le présent ouvrage, deuxième volet, s’est quant à lui vu décerner en 2018 le prix annuel de l'Académie des littératures 1900-1950.

Show Summary Details
Restricted access

La Révolution comme élégie ou comme infini concret

Extract



Lire le XXe siècle en dehors de l’espérance ou de la menace communiste relève d’un curieux aveuglement, fût-il toujours de saison. Même pour un pays tel que la Belgique où le parti communiste fut loin de jouer un rôle comparable à celui qui fut le sien en Allemagne, en France ou en Italie. La secousse tectonique d’octobre 1917 n’y en a pas moins laissé des traces importantes, et notamment deux expériences littéraires majeures.

Considéré par Francis Ponge comme la tête la plus forte du surréalisme, Paul Nougé choisit de faire œuvre de façon obstinée, mais à l’écart du spectacle de la Littérature. La révolution, il entend la préparer et la faire advenir à travers un solide travail du langage – et du langage littéraire en particulier puisque les mots ont failli. Rassemblée à la fin de sa vie par Marcel Mariën à l’enseigne de L’Écriture simplifiée et de L’Expérience continue, son œuvre poétique ouvre des horizons de passage en dehors duquel rien n’est possible. Dès 1927, le cantique de La Messagère clame ce programme politique et culturel. Il le fait à travers des images qui mêlent Lautréamont aux contradictions urbaines de la civilisation mercantile.

Révolutionnaire revenu de la révolution, Charles Plisnier s’attache de son côté à l’écriture des Chœurs parlés, esthétique poétique et sociale de masse...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.