Show Less
Restricted access

Recherche académique et innovation

La force productive de la science

Series:

Edited By Dimitri Uzunidis

De l’auteur au lecteur en passant par l’éditeur… du scientifique à l’entrepreneur en passant par l’inventeur… du laboratoire de recherche à l’industrie en passant par l’entreprise…, les connaissances scientifiques se diffusent dans l’économie. Elles sont générées, captées, enrichies, combinées pour resurgir en tant qu’innovations. La valorisation de la recherche, que l’on peut définir comme le processus de transformation des savoirs fondamentaux en nouvelles marchandises (technologies, biens de consommation, services divers), constitue la première étape de la concrétisation de la science en tant que force de production. Le marché, les stratégies des entreprises et des entrepreneurs, le cadre institutionnel, ou encore l’action publique incitent la valorisation de la recherche, créent des opportunités d’innovation et orientent les applications technologiques de la recherche. Mais, dans l’économie contemporaine de l’information, de la connaissance et de l’innovation permanente, le passage de la recherche au marché révèle souvent des comportements déviants : fraudes, sélection, appropriation, spéculation, concentration, financiarisation…

Les auteurs de ce volume, après avoir montré les mécanismes de la valo- risation de la recherche actuels et passés, s’interrogent sur leurs risques économiques et sociaux pour constater le besoin d’une véritable socialisa- tion de la production scientifique et du contrôle de ses applications.

Show Summary Details
Restricted access

Chapitre 6: Les sciences en société : voies de la recherche et de l’innovation responsables (Bertrand Bocquet)

Extract

← 202 | 203 →

CHAPITRE 6

Les sciences en société : voies de la recherche et de l’innovation responsables

Bertrand BOCQUET

Université de Lille, France

1.    Introduction

Le regard porté sur les rapports entre les sciences et les sociétés a bénéficié d’un objet de recherche transdisciplinaire, les études sur les sciences et les technologies. Ce domaine de recherche est bien identifié au niveau international. Il est généralement décrit par son abréviation STS issu de sa dénomination anglo-saxonne « Science and Technology Studies » (Hackett, 2008) et, plus récemment, dans sa dénomination francophone « Sciences, Techniques et Société » (Bonneuil et Joly, 2013 ; Prud’homme, 2015). Même si les racines des STS peuvent remonter à l’ère industrielle du XIXe siècle, son réel développement et sa reconnaissance se font à partir de la fin de la Seconde Guerre mondiale en 1945. Le projet Manhattan d’élaboration de la bombe atomique pourrait d’ailleurs en être le facteur déclenchant, puisqu’il intrique fortement une recherche fondamentale de physique nucléaire, de l’ingénierie et une application, militaire, dans ce cas. Cette pratique rompt, au moins temporairement et de façon très contextualisée, les normes de la science telles que formulées par Robert Merton (1942). La progression des STS a pris un nouvel essor depuis les années 1970. Elle met en évidence un besoin de compréhension de l’interface entre les...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.