Show Less
Restricted access

Le travail de la gamification

Enjeux, modalités et rhétoriques de la translation du jeu au travail

Series:

Emmanuelle Savignac, Yanita Andonova, Pierre Lénel, Anne Monjaret and Aude Seurrat

Importer les mécanismes du jeu au sein du travail est un procédé courant aujourd’hui dans les organisations, ceci à des fins de recrutement, d'entrainement, de formation, de sensibilisation, d'évaluation ou entre autres exemples, de team-building. Ces jeux prennent la forme de serious games mais aussi de jeux de rôles, de jeux de simulation, de jeux de plateaux, de jeux de construction, de stratégie. Les transformations du capitalisme et des approches managériales peuvent conduire à penser que le jeu devient un média, privilégié ou tout au moins adapté, aux réquisits en entreprises que sont par exemple l’autocontrôle, l’évaluation de soi et de ses pairs, la régulation, l’engagement ou encore le maintien continu de l’attention dans un contexte d’intensification du travail.

Incluant règles et limites, souvent orienté vers un objectif de performance et de réussite, doté de qualités simultanées de légèreté et d’apprentissage, le jeu s’avère congruent avec l’injonction plurielle à la rigueur, au développement de soi et au plaisir à avoir au travail, portée par certaines doxa de management. L’entreprise aurait alors tout intérêt à investir l’énergie du joueur et son engagement dans le jeu au profit du travail.

Ce sont ces structures et mécanismes de jeu, leurs formes, leurs appropriations ainsi que leur exploitation au sein des organisations de travail que cet ouvrage se propose d’étudier. Rassemblant des chercheurs de disciplines diverses (sociologie, anthropologie, sciences de l’information et de la communication, psychologie…), il approche de manière volontairement critique la gamification en milieu professionnel et en interroge tant le sens que les fonctions et l’efficience.

Show Summary Details
Restricted access

La gamification du travail ou les mécaniques du jeu au travail (Emmanuelle Savignac)

Extract

La gamification du travail ou les mécaniques du jeu au travail

Emmanuelle Savignac

Université de la Sorbonne nouvelle, Cerlis, membre du Labex ICCA

Geertz, en 1980, soulignait combien le jeu s’avérait être, plus qu’un objet, un « style de représentation » dans la théorie sociale. Si l’on considère le jeu en tant qu’analogie, viennent immédiatement à l’esprit, par exemple, toute la théorie goffmanienne du théâtre, des faces et de la performance ; les jeux de langage de Wittgenstein ; la théorie des jeux de von Neumann et Morgenstern ou encore les actions stratégiques de Crozier et Friedberg1. Geertz ajoute que cette analogie crée « un style d’interprétation nerveux et qui rend nerveux dans les sciences sociales » (Geertz, 2012 (1980) : 33). Car cette modalité d’interprétation induirait, outre un ordre formel, « un arbitraire radical de cet ordre » (idem).

Il y a en effet, quelque part dans le jeu, l’idée d’une implacabilité de sa structure qui le poserait en tant que forme particulièrement opératoire. Pour Claude Lévi-Strauss, le jeu est ainsi une activité qui « produit des événements à partir d’une structure » (Lévi-Strauss, 1962 : 49). L’action, les interactions ainsi que le sens qui leur préside, découlent de sa structure. C’est donc cette force structurante qui serait mobilisée dans l’analogie dès qu’une structure sociale ritualisée et/ou distributive apparaîtrait.

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.