Show Less
Restricted access

Traverser

Mobilité spatiale, espace, déplacements

Series:

Edited By Adrien Frenay, Lucia Quaquarelli and Giulio Iacoli

S’il a été possible de penser la localisation comme support privilégié de l’idée même de culture, nous assistons sans doute aujourd’hui à une inversion qui fait du déplacement, de la mobilité et de la migration des pratiques constitutives des significations culturelles. Les lieux, d’ordinaire observés comme des images fixes, doivent alors être envisagés aussi comme les supports mobiles d’une multiplicité de parcours et de discours dotés d’une intensité configurante et modélisante.

Ainsi, les études rassemblées ici questionnent le rapport entre espace et littérature à partir de l’idée que notre expérience du « réel » s’élabore de manière relationnelle et discursive. Les récits qui se construisent à partir de l’expérience de mobilité spatiale nous offrent une porte d’entrée privilégiée pour observer la dimension performative de la narration, la capacité qu’ont la littérature et les arts de s’insérer dans l’ensemble varié et stratifié de nos expériences, d’influencer notre rapport au monde et notre figuration de l’espace.

Dans la perspective de cette « mise en relation », la question de la mobilité interroge ici les représentations institutionnelles et individuelles de l’espace ; les projections cartographiques et les pratiques d’appropriation du territoire ; les notions de vitesse, d’accélération et de lenteur ; le droit de passage et les frontières.

Show Summary Details
Restricted access

Michaël Batalla et les limites non frontières de l’Europe (Henri Desbois / Emmanuel Rubio)

Extract

Michaël Batalla et les limites non frontières de l’Europe

Henri Desbois et Emmanuel Rubio

Université Paris Nanterre

En 2017, pour célébrer ses quarante ans, la revue PO&SIE décida de consacrer une double livraison consacrée à l’Europe, « Trans Europe Éclairs », associant poètes mais aussi philosophes, anthropologues ou autres, autour d’un continent parlé « à l’optatif » (Deguy 2017 : 5). Une Europe à réinventer, donc, dans la confrontation entre les savoirs et les écritures. Parmi les différentes contributions, de personnalités aussi diverses que Patrick Boucheron, Jean-Luc Nancy, Marc Augé ou Barbara Cassin, Michaël Batalla proposait un exercice de « poésie possible » – pour reprendre le titre de son recueil paru chez NOUS deux ans plus tôt : « L’Europe, l’horizon.. sont dans un bateau » (Batalla 2017 : 11). Étonnant poème, qui semblait condenser à lui seul la rencontre des genres, et avait de quoi susciter l’intérêt des géographes1. Ne semblait-il pas développer une sensibilité géographique véritable, associée à une forme de discours géographique tout à fait hors de l’écriture académique conventionnelle ? Et porter de ce fait une forme de connaissance sur le territoire qui paraissait complémentaire de celle ordinairement produite par la géographie, comme discipline scolaire et champ scientifique ?

À vrai dire, il est relativement banal, dans la géographie académique, de reconnaître à l’écriture littéraire une capacité, rarement étudiée en détail, à représenter les...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.