Show Less
Restricted access

Enjeux postcoloniaux de l’enfance et de la jeunesse

Espace francophone (1945-1980)

Series:

Edited By Yves Denéchère

Si la jeunesse a joué un rôle important dans la construction des empires coloniaux, elle est également un enjeu essentiel des décolonisations et de leurs suites. Au second XXe siècle, les processus d’émancipation des peuples colonisés posent en effet avec force la question sociale et politique de l’enfance et de la jeunesse en contexte colonial et postcolonial, dans les pays devenus indépendants comme chez les anciens colonisateurs. L’intérêt de cet ouvrage est de mettre en avant les biopolitiques spécifiques aux enfants et aux jeunes qui ont émergé dans un ensemble complexe de questions politiques et diplomatiques, économiques et sociales, démographiques et populationnistes, philosophiques et religieuses. À l’instar des Colonial and Postcolonial Studies, il s’agit d’interroger les cultures postcoloniales et les articulations entre décolonisation et colonisation, notamment les prolongements de celle-ci dans celle-là. Pendant la décolonisation des empires français et belge et la construction de nouveaux États, les enfants et les jeunes ont été sujets de politiques voulues ou soutenues par des biopouvoirs et mises en œuvre par des protagonistes divers : armées, associations, humanitaires, colonialistes, nouvelles élites, militants, simples citoyens. Les archives publiques qui reflètent les différentes politiques menées ainsi que les sources écrites et orales d’associations ou d’autres organisations permettent de cerner les rôles d’acteurs non-étatiques. Les paroles, plus ou moins critiques, de celles et de ceux qui sont les premières personnes concernées par cette histoire – c’est-à-dire les enfants et les jeunes eux-mêmes – sont bien entendu également mobilisées.

Show Summary Details
Restricted access

Résistances et accommodements des jeunes subalternes à la construction de la Françafrique : le cas de la Jeunesse démocratique camerounaise (1955-1960) (Jacob Tatsitsa)

Extract

← 182 | 183 →

Résistances et accommodements des jeunes subalternes à la construction de la Françafrique : le cas de la Jeunesse démocratique camerounaise (1955-1960)

Jacob TATSITSAUniversité d’Ottawa

Les historiens Benjamin N. Lawrance, Emily Lynn Osborn et Richard L. Roberts présentent l’intermédiaire comme celui qui occupe un poste subalterne dans l’administration coloniale1. Ils rangent dans cette catégorie les interprètes, les employés de bureau, les instituteurs et les policiers2. La liste n’est pas exhaustive. Selon l’historien Ibrahima Abou Sall, dans les zones conquises par la France, cette liste incorpore les chefs de canton et les commis expéditionnaires3. Au Cameroun sous protectorat allemand, tout comme sous l’administration franco-britannique de 1884 à l’« indépendance nominale » de 19604, certains subalternes ou intermédiaires gênèrent l’exploitation coloniale pendant que d’autres s’accommodaient du système. Pourquoi et comment les uns et les autres entravèrent ou s’adaptèrent à l’exploitation coloniale ? Quels furent les rôles des jeunes ? Telles sont les questions auxquelles nous tenterons de donner des réponses. ← 183 | 184 →

I.  La mobilisation contre les droits de place sur les marchés périodiques

Dans les années 1950, à travers la production littéraire, les jeunes Camerounais entravent la domination et l’exploitation des masses par le colonialisme français. L’écrivain engagé Mongo Beti est l’un des auteurs les plus prolifiques de cette catégorie5. Ainsi, en 1954, Mongo Beti publie sous le pseudonyme d’Eza Boto un roman...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.