Show Less
Restricted access

À l'épreuve d'enseigner à l'Université

Enquête en France - Préface de Marc Romainville

Series:

Edited By Saeed Paivandi and Nathalie Younès

L’ouvrage s’intéresse à la réalité plurielle de l’homo academicus, en partant des vécus et des conceptions des professeur.e.s d'université. L’enquête menée en France par les deux auteurs, de 2013 à 2017, dans un large éventail de disciplines (lettres, sciences, sciences humaines et sociales, médecine), permet de mieux appréhender les différentes manières d’être enseignant.e-chercheur.e, la condition universitaire, les conceptions de la carrière et les approches de l’enseignement mobilisées dans la pratique pédagogique. Les enseignant.e.s-chercheur.e.s parlent de leur environnement de travail, de leurs relations avec le monde étudiant et des tensions vécues au cours de leur expérience pour articuler l’enseignement, la recherche et les tâches administratives. Se développer professionnellement sur le plan pédagogique et réellement prendre en compte les étudiants dans l’approche de l’enseignement apparaît comme un défi.

Cet ouvrage a pour ambition d’aider à mieux comprendre la condition pédagogique à l’université, devenue une question d’actualité en France comme dans nombre d’autres pays. Les données de l’enquête mises en perspective avec la littérature scientifique internationale peuvent contribuer à la réflexion sur les réformes pédagogiques introduites depuis les années 2000 et les axes les plus pertinents pour améliorer le fonctionnement pédagogique de l’université et accompagner les enseignant.e.s-chercheur.e.s dans leur développement professionnel à travers un changement culturel progressif.

Show Summary Details
Restricted access

Préface

Extract



À l’aube des années 1960, les premiers auteurs qui ont amorcé des analyses spécifiques au palier de l’enseignement supérieur se sont prudemment cantonnés à l’étude des pratiques étudiantes ; cette littérature allait rester largement dominante durant les dernières décennies du XXe siècle. En atteste en particulier le très prolifique mouvement de recherche international lié aux approches d’apprentissage (approach to learning).

Toutefois, dès le milieu des années 1960, la communauté scientifique a timidement commencé à porter également son attention sur le métier d’enseignant-chercheur. À tout seigneur tout honneur, l’ouvrage fondateur de la sociologie de l’éducation supérieure – Les héritiers : les étudiants et la culture, de Bourdieu et Passeron (1964) – a prétendu lever le voile sur la fonction de reproduction des inégalités sociales que les enseignants-chercheurs exerçaient, « à l’insu de leur plein gré » et donc de manière particulièrement efficace, selon ces auteurs. Une série de recherches connexes ont contribué à décrire le métier d’enseignant-chercheur essentiellement en ce qu’il participe à des processus dépassant largement les individus et leur volonté propre, au sein de mécanismes de perpétuation d’inégalités sociales ou de stratégies internes de domination et de pouvoir, notamment celles de l’homo academicus.

Les années 1990 ont assisté à l’éclosion d’un nouveau genre d’écrits qui portaient, non plus sur les faces cachées du métier d’enseignant- chercheur, mais plutôt sur ce...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.