Show Less
Restricted access

Libéralisme et protectionnisme

Economie politique des relations internationales

Series:

Edited By André Tiran and Dimitri Uzunidis

Le débat « libéralisme / protectionnisme » retrouve aujourd’hui tout son intérêt dans plusieurs domaines, tels la politique commerciale, le droit de la concurrence, les aides étatiques, la protection des travailleurs ou encore la politique de l’immigration. Le libéralisme associé au libre-échange, qui paraissait être une politique incontestable, soutenue par la plupart des économistes, s’est retrouvé la cible de nombreuses critiques. Le protectionnisme, de son côté, couplé à une politique mercantiliste, est apparu dans un certain nombre de pays comme une stratégie efficace pour assurer le développement économique. La compétitivité des grandes économies a semblé dépendre de l’ouverture sélective au commerce et aux investissements internationaux : c’est le cas des États-Unis, de la Chine, mais également d’autres pays d’Asie, et parfois même de l’Europe. Les auteurs de cet ouvrage remettent en cause la vision univoque et simpliste du protectionnisme et des politiques mercantilistes. La discussion est particulièrement focalisée sur la validité universelle du libre-échange et des origines historiques du protectionnisme ainsi que sur les théories économiques et des politiques étatiques menées du XVIe au XXIe siècle. Ils s’intéressent aussi bien à l’économie qu’à la logique de puissance et de renforcement de l’État.

Show Summary Details
Restricted access

Chapitre 8. Le duel des libre-échangistes et des protectionnistes à l’époque de Frédéric Bastiat (1801-1850) : le « Cobden français » (Gérard Minart)

Extract

Chapitre 8

Le duel des libre-échangistes et des protectionnistes à l’époque de Frédéric Bastiat (1801-1850) : le « Cobden français »

Gérard Minart

Dans l’histoire des idées économiques en général, mais plus spécialement dans l’histoire de l’école française d’économie politique libérale, Frédéric Bastiat (1801-1850) apparaît comme l’étendard et l’apôtre du libre-échange.

Cette image est tellement forte dans la mémoire collective qu’il fut souvent qualifié de « Cobden français », en référence à ce Richard Cobden qui, outre-Manche, entre 1838 et 1846, avait fait basculer la vieille Angleterre repliée sur un protectionnisme jaloux dans une politique assumée d’un libre-échange qui allait vite devenir conquérant. Et Cobden allait réaliser cet exploit en utilisant le puissant levier d’une opinion publique remuée à coups de meetings et mobilisée en faveur du peuple industriel contre l’aristocratie foncière.

Ce fut l’épisode épique de l’Anti-Corn-Law League, autrement dit de la Ligue contre les lois-céréales, dont la conclusion fut l’ouverture des frontières anglaises à l’importation des céréales étrangères dans la perspective de faire baisser de façon significative le prix intérieur du pain, lequel, à l’époque, était devenu le pétrole des bras dans une économie industrielle en voie d’expansion.

Ce conflit entre libre-échangistes et protectionnistes anglais va constituer, pour Bastiat et ses amis...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.