Show Less
Restricted access

Métiers et techniques du cinéma et de l’audiovisuel : sources, terrains, méthodes

Series:

Edited By Hélène Fleckinger, Kira Kitsopanidou and Sébastien Layerle

La « révolution » du numérique, entamée au tournant des années 2000, a entraîné dans un tourbillon de transformations l’ensemble de la filière cinématographique, de la création à la diffusion. L’ampleur des mutations engendrées (disparition d’acteurs des industries techniques, destruction massive d’emplois et de savoir-faire, redéfinition des contours de métiers anciens et apparition de nouveaux) a sensibilisé une partie de la communauté scientifique. Des projets nationaux et internationaux d’envergure ont vu le jour, avec le souci de cartographier les changements et surtout de préserver des connaissances et des compétences menacées de disparition. À l’heure où ces projets de recherche semblent se multiplier, cet ouvrage collectif, tiré d’un colloque universitaire, propose de se concentrer sur des questionnements d’ordre méthodologique : comment aborder les changements intervenus dans la filière cinématographique ? à partir de quelles sources, avec quels outils et selon quelles approches ? quels problèmes méthodologiques la recherche sur les métiers et les techniques du cinéma et de l’audiovisuel soulève-t-elle ? Autant de questions traitées dans ces pages, à partir de contributions d’une jeune génération de chercheurs dont les travaux, parmi les plus novateurs, incarnent aujourd’hui une dynamique significative au sein des études cinématographiques et audiovisuelles. S’il y a urgence à étudier un monde qui semble disparaître et se transformer sous nos yeux, il est tout aussi urgent de s’attarder sur les modalités de la recherche, sur les outils méthodologiques et les sources à disposition.

Show Summary Details
Restricted access

Stéphane Tralongo: Voyages aériens en images : sources et objets pour une histoire du cinéma utilitaire

Voyages aériens en images : sources et objets

pour une histoire du cinéma utilitaire1

Extract

Stéphane Tralongo

Tout un pan du patrimoine cinématographique est lié à l’association du plaisir visuel et de la force productive des films2. Introduite récemment dans le champ de la recherche en cinéma, la notion d’« utilité »3 peut permettre d’appréhender des films qui s’attachent en priorité à exercer un travail, sans qu’en soit forcément exclue toute dimension divertissante ou toute recherche esthétique. Cette notion ouvre en même temps l’histoire des techniques cinématographiques à une variété de dispositifs de projection qui ont été peu considérés jusqu’à présent, en comparaison de la salle de cinéma vouée à l’exploitation commerciale. Appliquant les procédures méthodologiques qui ont été développées à partir d’objets périphériques tels que les projections domestiques, les appareils d’amateurs ou les films publicitaires, cette étude s’efforce de réfléchir au cinéma sous l’angle d’un « éclatement » des usages, amenant l’historien à explorer les relations que le cinéma n’a cessé d’entretenir avec d’autres secteurs industriels et culturels. L’abandon plus ou moins complet du support pelliculaire n’est pas complètement étranger à l’essor d’investigations dans cette direction, puisque les choix de conservation et les projets de numérisation ont poussé la recherche à redéfinir ses objets et ses problématiques. Face aux processus actuels de dissémination et d’individualisation des écrans qui ←53 | 54→déterminent notre rapport aux images, on doit aussi se demander si, au lieu de débuter avec les appareils numériques,...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.