Show Less
Restricted access

The Gesamtkunstwerk as a Synergy of the Arts

Series:

Edited By Massimo Fusillo and Marina Grishakova

Conceived by Wagner as a way to recover the synthesis of arts at the core of Greek tragedy, the Gesamtkunstwerk played a significant role in post-Romantic and avant-garde aesthetics. It was designed to regenerate and defend the public function of art against mass culture and technology, yet at the same time depended on them in an ambivalent relationship manifested by its various realizations. The book reconceives the "total work of art" as a variation of intermediality, a practice that subverts any essentialist vision of artistic languages through complex interplay and blending of perceptions, amplified by new media and the syncretic nature of the cyberspace. The Gesamtkunstwerk can no longer be considered a Hegelian synthesis of arts or a Romantic and Wagnerian fusion of languages: it involves a synergy of different arts and media and captures the digital age’s principle of open textuality without any hierarchy and any organicist connotations. This book reveals the vitality of modern and contemporary Gesamtkunstwerk by mapping its presence in various arts and media.

Show Summary Details
Restricted access

Chapter 2 « L’Admirable Féerie »: La signification du genre théâtral et du Gesamtkunstwerk wagnérien dans le roman de Marcel Proust: (Kirsten von Hagen)

Extract

« L’Admirable Féerie »: La signification du genre théâtral et du Gesamtkunstwerk wagnérien dans le roman de Marcel Proust

Kirsten von Hagen

Volker Roloff a souvent souligné le rôle clé que jouent des auteurs comme Proust pour une philosophie intermédiale. Il y a derrière cela l’idée d’« ars combinatoria », de Gesamtkunstwerk selon Wagner (Roloff 122). Le fondement de la dimension intermédiale des arts est la complémentarité de l’image et du texte, la capacité des images d’engendrer un texte texte chez leur récepteur, et celle des textes d’évoquer des images :

Considérée par rapport à l’esthétique de la réception, appartient à l’intermédialité l’imagination complémentaire qui cherche à concilier les suggestions intermittentes d’un sens par des réactions, qui ébauche, modifie, combine les textes et les images, les enchevêtre ou les laisse s’échapper. (Roloff 1999, 122 [traduit par l’auteur])

Il s’agit à la fois d’état proche du rêve, d’imagination et de « cinéma dans la tête » (Roloff 122). On peut d’autant mieux comprendre la mutation structurelle des médias, l’histoire et le discours audiovisuels, et ainsi la modification de notre manière de percevoir par le monde des médias, que l’on inclut la notion de Gesamtkunstwerk, le sens de l’être humain en tant que plus vieux média ou plus précisément en tant que système synesthésique de médias, qui précède...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.