Show Less
Restricted access

Reconnaissance et éducation identitaire

Compétences identitaires et gouvernance scolaire

Series:

Nicolas Cuneen

À partir d'une étude critique des théories contemporaines de la reconnaissance, cet ouvrage pose la question suivante : que peut faire l'école pour aider les élèves à devenir responsables du rapport qu’ils entretiennent avec eux-mêmes ?

La réponse vient en deux temps. Si l’élaboration du concept de compétences identitaires offre un abord inédit de la dimension pédagogique liée au développement d’un rapport positif durable à soi, le registre des compétences ne permet pas de décrire adéquatement la composante attentionnelle du travail identitaire. Ainsi, dans un deuxième mouvement, l’enquête se redirige vers l’étude des conditions institutionnelles à même de soutenir une forme d’attention collective propice au développement continu de tous.

La thèse défendue est qu’un « tournant identitaire » de l’éducation doit commencer par se soucier du bien-être des enseignants en réinvestissant dans leur statut professionnel, rétablissant tant leur autonomie attentionnelle que leur autorité légitime, afin de protéger leur propre désir d’apprendre.

Show Summary Details
Restricted access

Chapitre 2 Choc, traumatisme & perte d’autonomie

Extract

La formulation positive du problème de l’autonomie, telle que nous l’avons développée dans le chapitre précédent, demeure pourtant secondaire dans l’approche d’Axel Honneth. Pour l’auteur, c’est la vulnérabilité aux chocs intersubjectifs qui fait de la reconnaissance un véritable problème. En effet, l’évènement qui risque d’ébranler le rapport positif à soi, à savoir une expérience morale dans laquelle est déçue une attente normative, constitue le cœur de la théorie honnethienne. Dans ce chapitre, nous reconstruirons d’abord la structure de cette expérience selon les théoriciens de la reconnaissance, avant de nous tourner vers d’autres auteurs pour étoffer sa dimension narrative qui reste sous-développée dans les travaux de Honneth.

L’intérêt que Honneth manifeste pour l’expérience morale est double. D’abord, en tant que composante théorique, c’est grâce à elle que Honneth est en mesure d’affirmer la portée de la vulnérabilité identitaire, laquelle constitue l’ancrage de la normativité à laquelle aspire son éthique, à partir des thèses sur la constitution intersubjective de l’identité. Ensuite, en tant que phénomène, l’expérience morale représente également une porte d’entrée empirique aux attentes normatives qui sous-tendent l’action humaine. En effet, chez les pragmatistes centraux à la démarche honnethienne, c’est précisément une telle interruption de l’action qui se pose en déclencheur de réflexion, permettant une prise inédite de conscience. Si un individu se trouve confronté à une exp...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.