Show Less
Restricted access

Reconnaissance et éducation identitaire

Compétences identitaires et gouvernance scolaire

Series:

Nicolas Cuneen

À partir d'une étude critique des théories contemporaines de la reconnaissance, cet ouvrage pose la question suivante : que peut faire l'école pour aider les élèves à devenir responsables du rapport qu’ils entretiennent avec eux-mêmes ?

La réponse vient en deux temps. Si l’élaboration du concept de compétences identitaires offre un abord inédit de la dimension pédagogique liée au développement d’un rapport positif durable à soi, le registre des compétences ne permet pas de décrire adéquatement la composante attentionnelle du travail identitaire. Ainsi, dans un deuxième mouvement, l’enquête se redirige vers l’étude des conditions institutionnelles à même de soutenir une forme d’attention collective propice au développement continu de tous.

La thèse défendue est qu’un « tournant identitaire » de l’éducation doit commencer par se soucier du bien-être des enseignants en réinvestissant dans leur statut professionnel, rétablissant tant leur autonomie attentionnelle que leur autorité légitime, afin de protéger leur propre désir d’apprendre.

Show Summary Details
Restricted access

Partie 3 : Attention et gouvernance scolaire

Extract

À la fin du chapitre 5, nous avons laissé en suspens une composante de l’opération réflexive que nous aurions eu tort d’aborder en termes de compétences entraînables. Il s’agit, comme nous l’avons annoncé, de l’attention qui doit être faite à la non-identité de soi à soi. En effet, l’attribution à soi-même ou à l’autre d’une identité figée, ou même l’inattention à la transformabilité constitutive de tout rapport à soi, se pose comme une menace à la réflexivité identitaire. Dès que l’on traite l’autre comme un être dont la perspective est fixe, et dès que l’on prend son image actuelle de soi comme exprimant une vérité essentielle de son être-au-monde, les compétences identitaires deviennent, au mieux, stériles ; au pire, elles se mobilisent pour l’approvisionnement de nouvelles confirmations de l’image. Dans l’incorporation d’un élément d’altérité tout comme dans la prolifération des images identitaires vraisemblables, l’attention à la non-identité de soi à soi constitue la clé d’ouverture au travail identitaire.

Si, dans la construction de l’opération réflexive, nous avons formulé cette composante cruciale en termes d’attention ou de vigilance attentionnelle, afin de souligner la non-automaticité de son activation, l’attention en question est liée à une croyance en la transformabilité du soi. Or, il ne s’agit pas d’une croyance stable et unidimensionnelle : nous pouvons croire que certains aspects identitaires évoluent alors que d’autres sont prédonnés, ou que certaines personnes peuvent changer alors que pour d’autres il est trop tard. Pour des raisons...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.