Show Less
Restricted access

La triple chaîne prédicative

Analogies biologiques et structures mathématiques pour un génotexte

Series:

Gaëll Guibert and Benoît Sauzay

A partir des verbes opérateurs d’un texte, jusqu’à leur enchaînement complet et original en une triple chaîne prédicative, l’ouvrage construit des scénarios de schèmes dans le cadre théorique de la Grammaire Applicative et Cognitive. Il propose une analyse de comparaisons existantes entre le génome et l’alphabet ou le texte, mettant en exergue la nécessité de niveaux d’analyse. A travers une série d’analogies, et une réflexion de ce fait interdisciplinaire, ces structures du langage sont mises en relation avec des structures mathématiques et biologiques : l’ADN, les protéines, la formation de l’embryon, selon des niveaux de comparaison. Construit par ses opérateurs qui mettent en œuvre un concept, le texte se déploie à partir de repères topologiques internes, tel le système nerveux puis le corps à la suite des cellules neurales. Une topologie textuelle devient appropriée pour décrire ce processus.

Show Summary Details
Restricted access

8. Des paradigmes et idéologies sous-jacents en biologie

Extract

7.1 Le verbe est opérateur

7.1.1 L’aspect constructif de l’opérateur en linguistique

Selon J.-P. Desclés, en linguistique le concept d’opérateur se réfère aux unités linguistiques, qui s’appliquent les unes aux autres afin de constituer des énoncés50 (représentation formelle). Par exemple, le verbe intransitif dort est appliqué à l’opérande Jean dans Dort(Jean) ou encore, le syntagme verbal aime Marie, est appliqué au même opérande Jean dans Aime Marie(Jean). Dans certaines théories linguistiques, les unités linguistiques en général sont considérées comme des opérateurs. Cependant, à l’inverse de la notion d’opération ou de fonction, cette notion demeure insuffisamment définie. Dans les grammaires catégorielles, les formes linguistiques sont considérées comme des opérateurs à part entière et des types syntaxiques sont associés. Une question se pose alors : les formes sont-elles des opérateurs ou simplement la trace d’opérations sémantico-cognitives ? Car dans cette première conception, les opérateurs se situent au niveau des langues humaines. Ils sont analysés comme des unités linguistiques. Toutefois, il est possible de construire un niveau d’analyse, qui permette à la fois de définir et d’identifier la représentation d’un opérateur.

La relation entre opérateur et opérande est à la base des formalismes applicatifs utilisés pour représenter les énoncés des langues naturelles. Dans la GAU (Shaumyan, 1987), par exemple, on...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.