Show Less
Restricted access

La triple chaîne prédicative

Analogies biologiques et structures mathématiques pour un génotexte

Series:

Gaëll Guibert and Benoît Sauzay

A partir des verbes opérateurs d’un texte, jusqu’à leur enchaînement complet et original en une triple chaîne prédicative, l’ouvrage construit des scénarios de schèmes dans le cadre théorique de la Grammaire Applicative et Cognitive. Il propose une analyse de comparaisons existantes entre le génome et l’alphabet ou le texte, mettant en exergue la nécessité de niveaux d’analyse. A travers une série d’analogies, et une réflexion de ce fait interdisciplinaire, ces structures du langage sont mises en relation avec des structures mathématiques et biologiques : l’ADN, les protéines, la formation de l’embryon, selon des niveaux de comparaison. Construit par ses opérateurs qui mettent en œuvre un concept, le texte se déploie à partir de repères topologiques internes, tel le système nerveux puis le corps à la suite des cellules neurales. Une topologie textuelle devient appropriée pour décrire ce processus.

Show Summary Details
Restricted access

Chapitre 4 : Vers une topologie textuelle

Extract



Le génotexte donne lieu à une organisation particulière dans une approche formelle. Sa chronologie et les marqueurs situés dans le texte physique peuvent aider à construire les bases d’une topologie textuelle (des lieux physiques, puis abstraits, correspondants aux marqueurs puis aux concepts du texte), voire d’une « quasi » topologie (Desclés, 2007). Ainsi, les marqueurs textuels peuvent être considérés comme de véritables opérateurs « mathématiques », traces d’opérations cognitives présentes dans des organisations linguistiques telles que les textes.

L’enchevêtrement ou l’intrication de ces marqueurs dans les différentes chaînes observables nous conduit donc vers un formalisme capable de prendre en compte de telles structures intriquées. Nous allons introduire le formalisme des treilles (Desclés, 1980) qui permet de manipuler des opérateurs, devenus ici topologiques pour manipuler la structure du génotexte, autant que des propriétés pour construire des objets ou des êtres quels qu’ils soient. En effet, nous avons montré à travers un certain nombre d’exemples que de telles structures pouvaient être observées dans le monde du vivant.

Les catégories de pensée dont les extensions sont les objets (marqueurs, êtres concrets), peuvent se voir attribuer des primitives ou « opérations formelles ». Cependant, avant d’en donner les propriétés, il est nécessaire de choisir une bonne représentation pour ces opérations. Il s’avère que la majorité des formalismes utilisent des « structures arborescentes », de façon sous-jacente aux expressions...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.