Show Less
Restricted access

La Métaphore par-delà l’infini

Les pou-VOIRS de la métaphore : des bénéfices et de l’usage des figures analogiques dans la recherche et la vulgarisation scientifique

Clara Clivaz-Charvet

Avec une préface de Jean-Pierre Luminet

Comment penser un atome ?
Qu’est devenue la pomme de Newton ?
Sous quelles formes représenter l’Univers ?
Quelle imagerie est la préférée des scientifiques afin de décrire notre monde ?
Comment créer et utiliser les métaphores ?
Le changement de paradigme opéré par la physique au 20e siècle exige de transformer notre système de représentations et de repenser notre cadre référentiel. De la simple comparaison didactique à la métaphore heuristique, cet ouvrage recense les « images vedettes » à l’œuvre dans la diffusion des connaissances et expose les huit bénéfices principaux inhérents à cette imagerie scientifique. L’importance de faire un usage maîtrisé de ces « réflexions » dépasse largement un transfert d’informations. C’est la raison pour laquelle un guide à l’usage des scientifiques est proposé. Sous la forme de questions-réponses, ce guide pratique avertit des pièges à éviter tout en indiquant les emplois métaphoriques les plus pertinents pour comprendre et se faire comprendre.

Show Summary Details
Restricted access

2. Les bénéfices de l’imagerie scientifique

Extract

2. Les bénéfices de l’imagerie scientifique

Chaque fois qu’il y a une métaphore, il y a sans doute un soleil quelque part ; mais chaque fois qu’il y a du soleil, la métaphore a commencé. (Ricœur, 1975 : 367)

Nous présentons dans ce chapitre les huit bénéfices principaux découlant directement de l’utilisation de cette imagerie scientifique. Celle-ci (regroupant les différentes images rhétoriques procédant par analogie à l’œuvre dans le processus de vulgarisation) est sans conteste tout à fait profitable au non-spécialiste, notamment à un niveau pédagogique (apports didactiques ou éveil à l’enseignement et/ou à l’imagination). Cependant, et contrairement à une idée reçue, ces images servent en premier lieu le scientifique lui-même, ce dernier éprouvant « le besoin d’images afin de visualiser un problème à résoudre » (Clivaz, 2014 : 86). Ces représentations imagées d’un élément expérimental ne sont donc pas seulement utiles au chercheur, mais nécessaires, voire essentielles (2.3 / 2.4 ou 2.8). De plus, cette imagerie, miroir de notre univers conceptuel, est à même de dévoiler certains mécanismes cognitifs et/ou schémas de pensée. Véritable soleil éclairant notre paysage intérieur, elle seule est à même de donner à l’homme les moyens de se lire, en créant la distanciation nécessaire au retournement sur soi46.

2.1 L’appropriation d’informations complexes

Le premier bénéfice de cette imagerie scientifique est de permettre l’appropriation d’informations complexes,...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.