Show Less
Restricted access

Des organisations «dynamiques» de l’oral

Series:

Edited By Elisabeth Richard

Longtemps déconsidérée ou traitée seulement par la négative, c’est la langue orale et sa désorganisation apparente, si souvent dénoncée, qui motivent le présent ouvrage. Comment appréhender ce flux de paroles continu ? A défaut de le maîtriser, comment en rendre compte, pour au moins l’observer, le (re-)connaître, en comprendre la dynamique, voire le modéliser ?
La problématique centrale de cet ouvrage est celle de l’organisation des productions orales. Les études rassemblées ici visent à la recherche d’unités stables, d’invariants prosodiques et/ou syntaxiques, d’unités de sens au-delà des variations contextuelles. Elles mettent au jour des modèles d’organisation propres à la langue orale selon deux fils directeurs : 1. Une organisation en temps réel ; 2. Une organisation discursive.
Cet ouvrage fait le point sur les apports des analyses les plus récentes aux divers champs de la linguistique de l’oral et démêle le faisceau des traits caractéristiques de l’organisation dynamique de la langue orale.

Show Summary Details
Restricted access

Préface. Évolution des recherches sur l’oral et infléchissement des centres d’intérêt entre 1970 et 2000. Un bref aperçu subjectif (Mary-Annick Morel)

Extract

| 9 →

Préface

Évolution des recherches sur l’oral et infléchissement des centres d’intérêt entre 1970 et 2000. Un bref aperçu subjectif

MARY-ANNICK MOREL

Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle, EA 1483, RFC

Il ne s’agit ici que d’esquisser un aperçu subjectif (et partiel) de l’évolution des recherches universitaires sur l’oral de 1970 au tout début du 21e siècle.

En 1970, la linguistique devient discipline universitaire en France et se développe en tant que matière d’enseignement et de recherche, principalement dans la lignée du structuralisme européen (Saussure, Jakobson, Martinet) et du distributionnalisme américain (Harris), et dans le cadre de la grammaire générative de Chomsky. Les publications, traductions et republications se multiplient en France, facilitant l’accès aux textes fondateurs. Peu nombreux sont, toutefois, à cette époque, les chercheurs qui s’intéressent au français oral. On peut cependant mentionner quelques prédécesseurs bien connus.

1. Les prédécesseurs

1.1. L’ordre des mots / Les principes organisateurs de l’oral

Henri Weil (1844) s’est intéressé à l’existence en grec ancien d’un ordre « pathétique » opposé à l’ordre « logique » de la phrase à partir de l’exemple piptei d’emos pais (Il tombe, mon fils). De façon plus systématique et dans ← 9 | 10 → une orientation plus pédagogique, Charles Bally (1909, 1932) s’est attaché à l’usage et à la description des constructions « segmentées », selon...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.