Show Less
Restricted access

Retour à l’objet, fin du musée disciplinaire ?

Series:

Edited By Diane Antille

La fin du musée disciplinaire est-elle possible ? Au vu du retour à l’objet qui s’observe dans les discours scientifiques et muséographiques, cette question paraît devoir à nouveau être posée. Des muséologues, des professionnels des musées, et des chercheurs actifs en Suisse, en France et au Canada, mettent en évidence les différents regards portés sur les objets de musée. Ils discutent comment les disciplines, mais aussi l’histoire des collections et la culture dans laquelle elle s’inscrit, modulent ou non le potentiel pluridisciplinaire des objets. Leurs contributions proposent ainsi diverses façons de penser le retour à l’objet. Musée sans discipline, musée pluridisciplinaire, ou exposition conviant diverses disciplines autour d’une même matérialité sont envisagés.

Show Summary Details
Restricted access

Rester un musée disciplinaire centré sur l’objet. L’exemple du Musée d’histoire des sciences de la Ville de Genève (Laurence-Isaline Stahl Gretsch)

Extract

Laurence-Isaline Stahl Gretsch

Rester un musée disciplinaire centré sur l’objet.

L’exemple du Musée d’histoire des sciences de la Ville de Genève

Plus de 50 ans après son ouverture aux publics, le Musée d’histoire des sciences de la Ville de Genève continue à osciller entre musée de science et musée d’histoire. Ce balancement lui donne un cadre à l’intérieur duquel inscrire ses différentes actions, qu’elles soient muséographiques, évènementielles ou citoyennes. C’est à partir des instruments des collections, qui garantissent sa légitimité de musée, que se définissent et se pensent la majorité de ses projets. Les objets y occupent donc une place très particulière.

1. Un musée d’instruments scientifiques dans un écrin néo-classique

Avant d’aborder les instruments eux-mêmes, parlons un peu de leurs contenants et du plus saisissant d’entre eux : la villa Bartholoni. Maison de maître néo-classique à riches décors pompéiens nichée au cœur du parc de la Perle du Lac, sur les rives du Léman, elle est bâtie vers 1830 pour les frères Bartholoni nouvellement enrichis dans la banque à Paris. La villa se trouve opportunément vide au moment de la création d’un musée pour l’histoire des sciences au début des années 1960. L’installation d’une institution muséale dans ses murs est donc contingente et n’est pas le fruit d’une continuité th...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.