Show Less
Restricted access

La mise en récit dans les discours spécialisés

Series:

Edited By Catherine Resche

Si l’on a coutume d’associer récit et littérature, il est sans doute moins courant d’envisager les liens entre récit et discours spécialisés, à l’exception, peut-être, du discours de vulgarisation. Pourtant, les scientifiques, théoriciens, professionnels, et autres acteurs des milieux spécialisés s’apparentent, eux aussi, à l’homo narrans, et ont bien recours à la mise en récit pour partager le fruit de leur recherche, mobiliser autour de valeurs communes, renforcer la culture du milieu ou d’un groupe, justifier leurs choix, expliquer leurs idées ou convaincre.
Les treize co-auteurs de cet ouvrage se sont intéressés à des domaines de spécialité aussi variés que la marine, le journalisme, l’entreprise, l’environnement, les sciences ou le droit pour analyser la place et la fonction de ces moments narratifs mis en scène par les spécialistes et pour déterminer en quoi cet angle d’approche des discours spécialisés peut nous aider à mieux comprendre les milieux qui les produisent.
Show Summary Details
Restricted access

Gwen Le Cor

Extract

Université Paris 8, EA 1569 Transferts critiques et Dynamique des savoirs

La mise en récit dans les sciences dures : de l’élaboration théorique à la démonstration mathématique

Cet article envisage la mise en récit dans les sciences dures comme un outil cognitif et se propose de définir trois modes narratifs : celui des expériences de pensée, celui des ­objets-images, et celui du cheminement mathématique. Il s’attache d’abord aux expériences de pensée de la physique théorique et à la construction de monde par la narration. La pensée spéculative permet d’engendrer une idée contrefactuelle et de suivre les conséquences de cette idée. Le récit devient alors soit une modélisation soit un instrument pour développer une argumentation critique. L’article examine ensuite les objets-images qui imprègnent le discours scientifique, et se demande « comment parle une image » (Nancy 2003). Enfin, il explore les narrations mathématiques telles qu’elles sont déployées dans les démonstrations.

Mots clés : expérience de pensée, spéculation, modélisation, objets-images, narration mathématique

Une des finalités de la langue de spécialité (LSP), telle qu’elle est décrite par l’association française de normalisation, est « la non-ambiguité de la communication » (Van der Yeught 2012 : 9). Pierre Lerat partage cette vision pragmatique et considère la LSP comme un « vecteur de connaissances spécialisées » (Lerat 1995 : 20). À première...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.