Show Less
Restricted access

Plurilinguisme dans la littérature française

Series:

Edited By Alicia Yllera and Julian Muela Ezquerra

Ce volume s’intéresse à un phénomène très ancien mais qui a pris une grande ampleur de nos jours : la présence de langues ou dialectes autres que la langue de base du texte littéraire (ici le français). Les douze essais réunis dans ce volume analysent les différentes formes (alternance, assemblage, superposition de codes, etc.) et fonctions (ludique, comique, satirique, parodique, réaliste, esthétique, identitaire, revendicative, etc.) de l’hétérogénéité langagière à l’intérieur d’un même texte littéraire. Ces études s’intéressent à des textes français ou francophones appartenant à des époques différentes, qui vont des textes narratifs et dramatiques du XII e et du XIII e siècles jusqu’à des romans d’écrivains nés dans le dernier tiers du XX e siècle. D’autres chapitres analysent l’œuvre de Rabelais, la comédie du XVII e siècle, un récit de voyages du XVIII e siècle, un roman populaire du XIX e siècle, les romans policiers de Fred Vargas, une pièce inédite d’Hélène Cixous, des romans d’Albert Cohen, d’Ahmadou Kourouma et de Laura Alcoba, ainsi que deux pièces dramatiques de Jean Marc Dalpé.
Show Summary Details
Restricted access

Phraséologie et créativité lexicale dans Les Soleils des Indépendances d’Ahmadou Kourouma

Extract



Approfondir Les Soleils des Indépendances1 d’Ahmadou Kourouma d’un point de vue phraséologique est, d’une part, saisir la combinatoire des expressions lexicales et, d’autre part, désambigüiser le sens caché et arbitraire de l’auteur envers la langue française. La liberté de laquelle jouit l’auteur en écrivant ce roman et sa logique particulière ne contribuent pas à rendre facile les propriétés syntactico-sémantiques des unités phraséologiques. Or, elles tournent à l’avantage d’une richesse dans tous les niveaux linguistiques. Le roman, écrit en français, mais pensé pour être écrit en malinké, reproduit fidèlement cette pensée. La combinatoire lexicale en français est employée en tant qu’élément de passage de la langue malinké, avec la pensée et les valeurs culturelles de l’auteur. Les structures de la langue malinké sont, donc, transférées à la langue française et celle-ci s’en approprie sauvegardant les valeurs malinkées2.

Ahmadou Kourouma, né en Côte d’Ivoire, avait parmi ses langues principales le français (qui était la langue officielle, la langue écrite, celle que l’on apprend à travers l’administration ou les institutions) et les langues mandingues (le malinké et le dioula, des langues orales). Le malinké est la langue parlée par interaction sociale, dans les quartiers ou dans les rues, et c’est une langue chargée d’oralité. Le dioula est la langue de l’intimité, celle que l’on apprend par interaction familiale. L’usage de ces langues est influencé par une...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.