Show Less

Enseigner les « classiques » aujourd’hui

Approches critiques et didactiques

Series:

Edited By Isabelle de Peretti and Béatrice Ferrier

Dans le sillage de la recherche sur la littérature et son enseignement, cet ouvrage apporte une contribution à l’épineuse question des « classiques » à l’école, au collège et au lycée. Dans un contexte de nouvelles prescriptions institutionnelles, de nouveaux publics, de mutations culturelles et d’avancées de la critique, peut-on encore envisager l’enseignement des classiques ? Ou, du moins, dans quelle mesure est-il nécessaire de le renouveler ?
Partant d’une réflexion conceptuelle (définitions et critères), l’approche choisie articule étroitement entrées critiques et entrées didactiques. Évolution des corpus, processus de classicisation, mutations des réceptions et des pratiques enseignantes sont analysés à partir de genres (littérature d’idées, autobiographie, théâtre et littérature de jeunesse…), d’auteurs (Racine, Balzac, Baudelaire, Flaubert, Rimbaud…), de cadres ou de lectures critiques, de nouveaux objets (réécritures et transécritures, films, BD…) ou de dispositifs (écriture, carnet de lecture, débat, dessin…).
Cette réflexion, qui débouche sur des propositions didactiques, fait suite au colloque « Manières de critiquer, manières d’enseigner la littérature : conceptions, places et approches des classiques dans la construction d’une culture commune » tenu à l’université d’Artois, les 25 et 26 novembre 2009.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

PROCESSUS DE CLASSICISATION ET ÉVOLUTION DES RÉCEPTIONS

Extract

65 L’Université face à la notion de « classiques » littéraires Emmanuel FRAISSE Université Sorbonne nouvelle – Paris 3/DILTEC Évoquer la notion de « classiques littéraires à l’université » ramène, comme souvent lorsqu’il s’agit d’école, et tout particulièrement de définition des valeurs qu’elle étudie et transmet, à une actualité polé- mique. Polémique qui est loin d’être apaisée si l’on songe aux modifi- cations en débat dans le système des concours de recrutement, et à la difficile mise en place des masters d’enseignement. La prudence est donc de mise. Mais la prudence ne signifie pas absence d’analyse, et suppose surtout un recul permettant d’apprécier des évolutions dans la durée. À bien des égards, notre système d’études littéraires dans l’ensei- gnement supérieur peut apparaître comme étrangement distribué, sinon franchement schizophrène, écartelé qu’il est entre une série d’exigences ou de pratiques contradictoires. C’est notamment le cas en ce qui concerne l’articulation entre formations universitaires d’une part et concours de recrutement des professeurs de l’enseignement secondaire par l’État de l’autre. Et, en ce qui concerne les œuvres ou formes « classiques » ou « à rendre classiques », la tension est particulièrement sensible entre affirmation patrimoniale et tentation de l’ouverture, entre maintien des valeurs consacrées et exploration de voies nouvelles. La crise mondiale des humanités On doit naturellement voir dans la crise des enseignements littéraires ou humanistes issus de la tradition un phénomène très généralisé au plan mondial,...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.