Show Less

L’Europe par l’économie ?

Des projets initiaux aux débats actuels

Series:

Edited By Sylvain Schirmann

En proposant le 9 mai 1950 la création d’une Haute Autorité du Charbon et de l’Acier, Robert Schuman, inspiré par Jean Monnet, choisit un chemin fonctionnaliste pour parvenir à une Europe unie. L’Europe communautaire vit depuis avec ce schéma. Que ce soit le projet de marché commun qui conduit aux traités de Rome ou la mise en place du système monétaire européen, la logique est la même : les solidarités économiques devraient déboucher sur un surcroît d’intégration politique. Pourtant, dès l’amorce de la construction européenne, on s’aperçut de la difficulté à passer, par le biais de l’économie, à une plus grande unité politique.
Ce constat revêt une acuité particulière dans le contexte actuel de la crise que traverse le projet européen et légitime le sujet des troisièmes journées d’études accueillies à la Maison de Robert Schuman qui pose la question de l’Europe par l’économie.
En interrogeant les héritages historiques mais aussi en mettant en perspective les débats d’aujourd’hui relatifs à la dimension économique de la construction européenne, et cela à une période cruciale de son histoire, les communications rassemblées dans le présent ouvrage contribuent, par une approche pluridisciplinaire, au nécessaire travail d’analyse afin de dresser un état des lieux de l’intégration économique et monétaire et de dessiner les voies possibles pour l’avenir du projet européen.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

DEUXIÈME PARTIE. LES POLITIQUES EUROPÉENNES ET LES PROBLÉMATIQUES DU MARCHÉ INTÉRIEUR

Extract

DEUXIÈME PARTIE LES POLITIQUES EUROPÉENNES ET LES PROBLÉMATIQUES DU MARCHÉ INTÉRIEUR 113 L’Euro est-il un échec ? Michel DÉVOLUY Les Européens méritent mieux que la récession économique, la dé- fiance envers les États partenaires et la faiblesse des ambitions pour un avenir commun. Face à une crise qui fragilise en profondeur la zone euro et qui fait resurgir, comme toujours en pareil cas, des peurs et des mouvements politiques radicaux, des réponses fortes s’imposent dans le court terme. Trois directions sont identifiables : persister dans les politiques de rigueur, favoriser les replis nationalistes ou actionner une relance concertée. La première a montré ses limites en termes de chômage, de crois- sance atone, de colères sociales, d’humiliations et de pressions peu démocratiques sur les États mal notés. La deuxième malmène le poids de soixante années d’histoire commune et néglige la densité de l’interdé- pendance des économies. Reste la troisième, la seule éligible selon nous. Les appels à réaliser sans tarder une relance puissante s’expriment diversement. Certains sont indignés, d’autres sont atterrés, d’autres encore suggèrent un plan à la Roosevelt pour 2012. Ces protestations expriment des tonalités différentes et n’ont pas le même écho selon les États. Qu’importe. Elles vont toutes dans le même sens. Il s’agit de changer, et très vite, la matrice des politiques économiques actuelles. Les résultats des diverses élections nationales sont...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.