Show Less
Restricted access

Documents diplomatiques français

1949 – Tome I (1er janvier – 30 juin)

Series:

Edited By Ministère des Affaires étrangères

Une grande affaire du premier semestre 1949 est le Pacte atlantique. Parallèlement la mise sur pied de l’Allemagne occidentale bat son plein, autour de la question de la « Loi fondamentale » de la future RFA. Les deux dossiers sont étroitement liés ; la France doit définitivement revoir sa politique allemande, mais on admet désormais que la priorité, c’est la résistance face à l’URSS  ; il faut empêcher celle-ci d’utiliser l’Allemagne. Le but n’est plus de morceler l’Allemagne, mais de l’incorporer dans un système de sécurité occidental.
Autre grand souci : l’Indochine. On suit les négociations complexes avec l’empereur Bao Dai. On parvient cependant aux accords du 8 mars 1949. Paris se montre très restrictif et frileux. Mais on s’inquiète des répercussions en Indochine de la défaite de Tchang Kai Tchek face aux communistes chinois. Cependant les États-Unis commencent, en raison de cette inquiétude, à mieux comprendre la position française à l’égard du problème indochinois. Décidément la politique extérieure française entre dans une nouvelle phase.
Show Summary Details
Restricted access

174. M. Bonnet, Ambassadeur de France à Washington, à M. Schuman, Ministre des Affaires étrangères

Extract

M. BONNET, AMBASSADEUR DE FRANCE À WASHINGTON,

       À M. SCHUMAN, MINISTRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES1.

D. n° 1362.

Washington, 28 mars 1949.

Les limites géographiques assignées au Pacte de l’Atlantique ont pu éveiller, dans certains milieux, la crainte que les États-Unis tendraient à se désintéresser de la sécurité de territoires situés hors de la zone du traité, à proximité de la Russie soviétique ou d’États sous l’influence de Moscou.

Aussi, les dirigeants américains ont-ils cru nécessaire, au cours des dernières semaines, de multiplier les déclarations visant à souligner l’importance que les États-Unis continuent à attacher au maintien du statu quo dans le Proche-Orient.

C’est ainsi que dans son allocution radiodiffusée du 18 mars, M. Dean Acheson a été amené à préciser notamment : « Dans l’état resserré dans lequel se trouve le monde actuel, la sécurité des États-Unis ne peut se définir en termes de limites territoriales et de frontières. Une menace sérieuse à la paix internationale et à la sécurité, où qu’elle se manifeste, intéresse directement ce pays. Notre politique est donc d’aider les peuples libres à maintenir leur intégrité et leur indépendance, non seulement en Europe occidentale ou dans les Amériques, mais partout où l’aide que nous sommes en mesure de fournir est susceptible de produire le résultat escompté. Notre action en vue de préserver l’intégrité territoriale et l’indépendance de...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.