Show Less
Restricted access

Documents diplomatiques français

1949 – Tome I (1er janvier – 30 juin)

Series:

Edited By Ministère des Affaires étrangères

Une grande affaire du premier semestre 1949 est le Pacte atlantique. Parallèlement la mise sur pied de l’Allemagne occidentale bat son plein, autour de la question de la « Loi fondamentale » de la future RFA. Les deux dossiers sont étroitement liés ; la France doit définitivement revoir sa politique allemande, mais on admet désormais que la priorité, c’est la résistance face à l’URSS  ; il faut empêcher celle-ci d’utiliser l’Allemagne. Le but n’est plus de morceler l’Allemagne, mais de l’incorporer dans un système de sécurité occidental.
Autre grand souci : l’Indochine. On suit les négociations complexes avec l’empereur Bao Dai. On parvient cependant aux accords du 8 mars 1949. Paris se montre très restrictif et frileux. Mais on s’inquiète des répercussions en Indochine de la défaite de Tchang Kai Tchek face aux communistes chinois. Cependant les États-Unis commencent, en raison de cette inquiétude, à mieux comprendre la position française à l’égard du problème indochinois. Décidément la politique extérieure française entre dans une nouvelle phase.
Show Summary Details
Restricted access

208. M. Chataigneau, Ambassadeur de France à Moscou, à M. Schuman, Ministre des Affaires étrangères

Extract

M. CHATAIGNEAU, AMBASSADEUR DE FRANCE À MOSCOU,

       À M. SCHUMAN, MINISTRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES1.

D.

Moscou, 11 avril 1949.

Secret.

 

Comme je l’ai indiqué par ma dépêche portant le n° 530 et la date du 24 mars 19492, j’avais, après le départ en congé de Monsieur Dorget, chargé Monsieur Belloir de démêler la question du rapatriement de nos compatriotes prisonniers retenus en URSS.

J’ai l’honneur d’adresser aujourd’hui à Votre Excellence l’état des travaux accomplis sur ce sujet par mon collaborateur, ainsi qu’une table synoptique et trois listes des noms de nos compatriotes signalés comme maintenus sur le territoire soviétique malgré nos réclamations3.

Ces deux derniers documents ci-joints en annexe complètent le présent exposé établi au moyen de tous les éléments d’information ou de recoupement en possession de l’Ambassade.

N’étant pour ainsi dire jamais informé par les autorités soviétiques, mes collègues belge, hollandais, italien et luxembourgeois n’ayant d’ailleurs pas plus de faveur que moi sur ce sujet, soit des rapatriements auxquels elles ont procédé, soit des décès qu’elles ont constatés, je souhaiterais pour être à même de rendre mes interventions aussi efficaces que possible, que la liste jointe en annexe fût au préalable confrontée avec le fichier national et me fût renvoyée avec l’indication en marge des observations auxquelles...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.