Show Less
Restricted access

Documents diplomatiques français

1949 – Tome I (1er janvier – 30 juin)

Series:

Edited By Ministère des Affaires étrangères

Une grande affaire du premier semestre 1949 est le Pacte atlantique. Parallèlement la mise sur pied de l’Allemagne occidentale bat son plein, autour de la question de la « Loi fondamentale » de la future RFA. Les deux dossiers sont étroitement liés ; la France doit définitivement revoir sa politique allemande, mais on admet désormais que la priorité, c’est la résistance face à l’URSS  ; il faut empêcher celle-ci d’utiliser l’Allemagne. Le but n’est plus de morceler l’Allemagne, mais de l’incorporer dans un système de sécurité occidental.
Autre grand souci : l’Indochine. On suit les négociations complexes avec l’empereur Bao Dai. On parvient cependant aux accords du 8 mars 1949. Paris se montre très restrictif et frileux. Mais on s’inquiète des répercussions en Indochine de la défaite de Tchang Kai Tchek face aux communistes chinois. Cependant les États-Unis commencent, en raison de cette inquiétude, à mieux comprendre la position française à l’égard du problème indochinois. Décidément la politique extérieure française entre dans une nouvelle phase.
Show Summary Details
Restricted access

23. Note de la Direction des Affaires économiques et financières. Répercussions de la victoire des communistes chinois sur nos intérêts en Extrême-Orient

Extract

Répercussions de la victoire des communistes chinois sur nos intérêts en Extrême-Orient

N.

Paris, 11 janvier 1949.

Le gouvernement britannique paraît considérer comme à peu près inévitable la disparition du gouvernement de Tchang Kaï-chek et l’extension du régime communiste à toute la Chine. Le mémorandum que l’ambassade d’Angleterre a remis, le 4 janvier, au Département expose toutes les conséquences que ce bouleversement ne peut manquer d’avoir sur la structure économique et politique des pays, indépendants ou non, de l’Asie sud-orientale.

Les déductions, si inquiétantes soient-elles, de la note britannique nous paraissent irréfutables à la condition de souscrire sans réserve aux prémices. Or, on peut se demander si le pessimisme des Anglais à l’égard de la situation chinoise est entièrement justifié. Que le maréchal Tchang Kaï-chek et son équipe soient contraints de se retirer à brève échéance, on n’en peut guère douter. Il reste à savoir si, d’après les informations que nous possédons, on peut tenir pour réalisable la constitution d’une sorte de gouvernement sudiste à Canton avec ou sans T. V. Soong. Dans le cas où le regroupement des débris des armées nationalistes apparaîtrait impossible, serait-il déraisonnable de voir dans les tendances séparatistes du Kouang-Si, du Kouang-Toung, du Szetchouen et du Yunnan un facteur suffisamment puissant d’opposition à la poussée communiste ? Ces provinces sont, les...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.