Show Less
Restricted access

Documents diplomatiques français

1949 – Tome I (1er janvier – 30 juin)

Series:

Edited By Ministère des Affaires étrangères

Une grande affaire du premier semestre 1949 est le Pacte atlantique. Parallèlement la mise sur pied de l’Allemagne occidentale bat son plein, autour de la question de la « Loi fondamentale » de la future RFA. Les deux dossiers sont étroitement liés ; la France doit définitivement revoir sa politique allemande, mais on admet désormais que la priorité, c’est la résistance face à l’URSS  ; il faut empêcher celle-ci d’utiliser l’Allemagne. Le but n’est plus de morceler l’Allemagne, mais de l’incorporer dans un système de sécurité occidental.
Autre grand souci : l’Indochine. On suit les négociations complexes avec l’empereur Bao Dai. On parvient cependant aux accords du 8 mars 1949. Paris se montre très restrictif et frileux. Mais on s’inquiète des répercussions en Indochine de la défaite de Tchang Kai Tchek face aux communistes chinois. Cependant les États-Unis commencent, en raison de cette inquiétude, à mieux comprendre la position française à l’égard du problème indochinois. Décidément la politique extérieure française entre dans une nouvelle phase.
Show Summary Details
Restricted access

30. Note de la Direction d’Asie-Océanie pour le Ministre. Médiation dans l’affaire chinoise

Extract

Médiation dans l’affaire chinoise

N.

Paris, 12 janvier 1949.

Le 8 janvier le ministre des Affaires étrangères chinois a remis à notre ambassadeur à Nankin un aide-mémoire sollicitant du gouvernement français « toutes suggestions qui pourraient conduire à une prompte restauration de la paix en Chine » et se déclarant en outre prêt à entreprendre, « éventuellement par l’entremise du gouvernement français, des négociations à cet effet avec le parti communiste chinois ».

Une démarche identique a été faite auprès des ambassadeurs d’Angleterre, d’Amérique et d’URSS.

En commentant l’aide-mémoire, le ministre des Affaires étrangères chinois a précisé à M. Meyrier que son gouvernement souhaitait que les quatre grandes Puissances, soit conjointement soit individuellement, s’engagent dans l’une des voies suivantes :

1) Faire connaître leurs vues en ce qui concerne les conditions d’un règlement pacifique du conflit.

2) Suggérer au gouvernement chinois toute action qu’elles estimeraient qu’il doive prendre à cet effet.

3) Intervenir auprès des deux parties pour les inviter à entrer en négociations et les mettre en présence.

Étant donné notre situation en Indochine, il est certain que nous avons un intérêt essentiel à retarder autant que possible l’effondrement définitif du régime de Nankin et l’arrivée des troupes communistes aux frontières du Tonkin où elles feront leur jonction avec les formations Viet Minh.

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.