Show Less
Restricted access

Forme(s) et modes d’être / Form(s) and Modes of Being

L’ontologie de Roman Ingarden / The Ontology of Roman Ingarden

Series:

Olivier Malherbe and Sébastien Richard

Le présent ouvrage est un recueil d’articles de chercheurs internationaux sur l’apport à l’ontologie du phénoménologue polonais Roman Ingarden. Il contient des contributions sur des thèmes aussi divers que la dépendance existentielle, les catégories ontologiques, les modes d’être, la substance, la causalité, la forme, l’idéalisme ou encore l’ontologie des objets fictifs. Ce volume démontre que la pensée d’Ingarden ne se limite pas à la phénoménologie et à l’histoire de celle-ci, mais est susceptible d’apporter une contribution singulière à la recherche métaphysique contemporaine.
This books is a collection of papers written by international researchers on the contribution to ontology of the Polish phenomenologist Roman Ingarden. It contains texts of such various themes as ontological dependency, ontological categories, modes of being, substance, causality, form, idealism and the ontology fictional objects. This book shows that Ingarden’s thought goes beyond phenomenology and its history, and could be of a valuable interest for contemporary metaphysical research.
Show Summary Details
Restricted access

Extrait d’une lettre de Roman Ingarden à Guido Küng du 12 juillet 1969

Extract



Dans la controverse qui l’a opposé à Husserl sur la question du réalisme et de l’idéalisme, Ingarden a souvent été accusé d’avoir confondu le noème husserlien avec sa propre conception de l’objet purement intentionnel. Ingarden était en fait bien conscient de la différence entre ces deux notions, comme il le démontre dans une lettre envoyée au professeur Guido Küng le 12 juillet 1969. L’extrait de cette lettre le plus explicite à cet égard n’était jusqu’à présent disponible qu’en polonais1. Il nous a paru opportun d’en reproduire ici l’original allemand avec une traduction en français. Malheureusement, le professeur Küng n’a pu retrouver la lettre dans son entièreté et c’est la raison pour laquelle nous n’en publions que l’extrait mentionné précédemment. Nous remercions le professeur Küng et Krzysztof Ingarden pour nous avoir autorisés à reproduire ici cet extrait.

Extrait de la lettre du 12 juillet 1969

Der Begriff des Noemas bei Husserl scheint zunächst eindeutig eingeführt zu sein, aber beim näheren Zusehen erweist er sich entweder sehr weit, sodass verschiedene Tatbestände unter ihn fallen oder aber selbst vieldeutig ; deswegen ist es nicht ganz leicht das « Noema » mit dem intentionalen Gegenstand zu vergleichen. Das Noema erscheint jedenfalls erst nachdem man die phänomenologische Reduktion durchführt, während der intentionale Gegenstand in der Geradehineinstellung gebildet wird und einer s.z.s. neuen Erfassung, ohne Reduktion, zugänglich ist, wenn man durch eine...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.