Show Less
Restricted access

Paradoxes du plurilinguisme littéraire 1900

Réflexions théoriques et études de cas

Series:

Edited By Britta Benert

L’ouvrage s’inscrit dans un champ de recherches en pleine expansion depuis le nouveau millénaire, le plurilinguisme littéraire, et qui a pour originalité d’historiciser le propos en explorant une période charnière, la fin du XIX e siècle.
Aucun ouvrage existant n’est vraiment centré sur ce tournant du siècle, moment où la doxa de pureté de la langue et les esprits nationalistes tendent à promouvoir, voire à imposer l’idéal du monolinguisme et où, parallèlement, persiste à travers l’Europe et le monde un nombre important de situations et d’expérimentations diverses à contre-courant du monolinguisme puriste.
Fruit d’un colloque qui s’est tenu dans le cadre du XX e Congrès de l’Association Internationale de Littérature Comparée à l’Université de la Sorbonne, à l’été 2013, les 14 contributeurs du présent volume interrogent cette situation paradoxale à partir de textes littéraires et de leurs auteurs, et contribuent à éclairer les différentes strates du plurilinguisme littéraire 1900 en leur complexe et souvent ambivalent enchevêtrement politique, éthique et esthétique – dont les problématiques ne sont pas sans rappeler les paradoxes du monde actuel dans un contexte où mondialisation et repli identitaire coexistent souvent.
Show Summary Details
Restricted access

Le paradoxe Stefan George, poète cosmopolite plurilingue et prophète de la renaissance nationale allemande

Extract



Dirk WEISSMANN

Université Paris-Est Créteil

Introduction

Dans un ouvrage publié en 1968 sous le titre d’Extraterritorialité, essais sur la littérature et la révolution du langage, George Steiner évoque le changement de conscience linguistique qui traverse la littérature européenne à partir des années 1890, engendrant une révolution poétique :

Un aspect frappant de cette révolution a été l’émergence du pluralisme linguistique chez certains grands écrivains pour ainsi dire « délogés ». Ces auteurs entretiennent une relation d’hésitation dialectique non plus seulement envers leur langue maternelle […] mais envers plusieurs langues. C’est un phénomène presque sans précédent, qui nous renvoie au problème plus général d’un centre perdu. (Steiner, 2002 : 8)

Ces propos de Steiner1 me semblent s’appliquer particulièrement au cas de la littérature allemande, bien que Steiner n’aborde pas explicitement ce domaine. En effet, il apparaît que les débuts de la modernité littéraire en Allemagne – débuts qu’on peut dater des années 1890 précisément – sont intrinsèquement liés à un tropisme plurilingue. Tout se passe comme si, pour certains écrivains, la sortie de la période creuse des années 1870 à 1880, la fin d’une certaine « misère épigonale » (Arbogast, 1967 : 128), notamment dans le domaine de la poésie, ne pouvait s’accomplir qu’en passant par une intense « épreuve de l’étranger », pour reprendre la fameuse expression...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.