Show Less
Restricted access

Et Jean-Baptiste Say… créa l’Entrepreneur

Préface d’André Tiran

Series:

Société Internationale Jean-Baptiste Say

À la fin du 18e siècle, l’initiative individuelle a été magnifiée pour permettre à l’économie de sortir de son état de passivité et de sclérose. Jean-Baptiste Say (1767–1832), économiste français et partisan de la révolution française, a produit une théorie générale de l’entrepreneur où l’innovation tient une place essentielle. L’entrepreneur peut être à la fois gestionnaire, capitaliste, innovateur. Say créa l’entrepreneur et le dota de moult charismes : esprit de conduite, génie des affaires, capacité d’entreprendre, sens du risque et d’initiative, création de valeur et d’emplois, grandes capacités gestionnaires, etc. Il s’agit d’un entrepreneur que les politiques et les « forces actuelles de marché » cherchent à ressusciter pour donner un nouveau souffle à notre économie léthargique.
Les auteurs de l’ouvrage discutent de la notion et de la fonction de l’entrepreneur dans l’œuvre de Say pour montrer son actualité économique, sociale et politique. Ils présentent aussi le contexte économique et intellectuel à partir duquel a émergé la théorie de l’entrepreneur. Entrepreneur, professeur, journaliste, lui-même, Say… créa l’entrepreneur et a légué à l’analyse (et à la philosophie) économique un « outil » de sortie de crise.
Show Summary Details
Restricted access

Jean-Baptiste Say : entrepreneur à Auchy-Les-Hesdin

Extract

Jean-Baptiste Say : entrepreneur à Auchy-Lès-Hesdin

Zéphyr TILLIETTE

Ingénieur et historien, France

Pas de Jean-Baptiste Say à Auchy-Lès-Hesdin sans Auchy-Les-Moines

En pleine campagne de l’Artois occidental, à 200 km au nord de Paris, se trouve le village appelé Auchy-les-Moines jusqu’en 1790. Deux abbayes s’y succèdent durant plus d’un millénaire. Une première où vécut et mourut Saint-Silvin est détruite par les « Normands » en 881. La seconde héberge des moines bénédictins de 1072 à 1790 ; elle survit aux vicissitudes de l’histoire et aux batailles qui se déroulent à proximité (Crécy, Azincourt, Hesdin, etc.). Vers 1600 ce monastère est en si mauvais état qu’on prévoit de le reconstruire en ville à 5 km. Sans la ténacité de son abbé pour le maintenir sur place, il n’y aurait jamais eu de filature de coton en ces lieux. Si Jean-Baptiste Say s’y installe deux siècles plus tard, c’est grâce aux restaurations et agrandissements de bâtiments entrepris au 17e siècle, à l’entretien d’un vaste parc en bordure d’une rivière d’un bon débit, la Ternoise, et à l’exploitation d’un moulin sur une chute d’eau au potentiel certain.

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.