Show Less
Restricted access

Et Jean-Baptiste Say… créa l’Entrepreneur

Préface d’André Tiran

Series:

Edited By Société Internationale Jean-Baptiste Say

À la fin du 18 e siècle, l’initiative individuelle a été magnifiée pour permettre à l’économie de sortir de son état de passivité et de sclérose. Jean-Baptiste Say (1767–1832), économiste français et partisan de la révolution française, a produit une théorie générale de l’entrepreneur où l’innovation tient une place essentielle. L’entrepreneur peut être à la fois gestionnaire, capitaliste, innovateur. Say créa l’entrepreneur et le dota de moult charismes : esprit de conduite, génie des affaires, capacité d’entreprendre, sens du risque et d’initiative, création de valeur et d’emplois, grandes capacités gestionnaires, etc. Il s’agit d’un entrepreneur que les politiques et les « forces actuelles de marché » cherchent à ressusciter pour donner un nouveau souffle à notre économie léthargique.
Les auteurs de l’ouvrage discutent de la notion et de la fonction de l’entrepreneur dans l’œuvre de Say pour montrer son actualité économique, sociale et politique. Ils présentent aussi le contexte économique et intellectuel à partir duquel a émergé la théorie de l’entrepreneur. Entrepreneur, professeur, journaliste, lui-même, Say… créa l’entrepreneur et a légué à l’analyse (et à la philosophie) économique un « outil » de sortie de crise.
Show Summary Details
Restricted access

Présentation générale

Extract



Jean-Baptiste Say et l’Entrepreneur : théorie, pédagogie et acte d’entreprendre

Dimitri UZUNIDIS

Laboratoire de Recherche sur l’Industrie et l’Innovation/ Clersé (UMR 8019) Université Lille Nord de France Réseau de Recherche sur l’Innovation Société Internationale Jean-Baptiste Say

Durant une très grande partie de sa vie, ce fut un homme d’affaires, un homme de pratique, et il connut ainsi l’avantage de savoir de première main ce dont il écrivait. Les intellectuels qui ne connaissent les affaires que par les journaux ont l’habitude de se féliciter eux-mêmes de leur détachement. Mais, à l’évidence, la médaille a son revers

Joseph Schumpeter à propos de Jean-Baptiste Say (J.A. Schumpeter, Histoire de l’analyse économique, tome II, Paris, Gallimard, 1983, p. 160).

L’entrepreneur symbolise le mieux l’économie capitaliste1. Il innove, crée des richesses, et contribue au progrès technique. Grâce à lui, l’économie sort (enfin) d’un état de rareté endémique. Mais, lorsque les économistes traitent de l’entrepreneur, le plus souvent, ce n’est pas pour évoquer telle ou telle grande figure historique ou contemporaine, mais davantage la dynamique de changement introduite dans l’économie capitaliste, en situation d’innovation permanente. L’entrepreneur est l’agent économique dont la fonction est d’introduire le changement dans l’économie, comme un créateur de déséquilibre, tout en soulignant que son existence est elle-même née d’un état de déséquilibre, d’une poche d’ignorance en quelque sorte....

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.