Show Less

Making Sense

For an Effective Aesthetics- Includes an original essay by Jean-Luc Nancy

Series:

Edited By Lorna Collins and Elizabeth Rush

This volume of texts and images has evolved from papers given at the inaugural Making Sense colloquium, which was held at the University of Cambridge in September 2009. The chapters collected here reflect the multi-dimensional and interdisciplinary sense made at this event, which became something of an artistic installation in itself. The essay ‘Making Sense’ by Jean-Luc Nancy provided the grand finale for the colloquium and is also the culmination of the volume. The collection also includes articles that expound and critique Nancean theory, as well as those that provide challenging manifestos or question the divide between artist and artisan. The volume contrasts works that use texts to make sense of the world with performance pieces that question the sense of theory and seek to make sense through craft, plastic art or painting. By juxtaposing works of pure theory with pieces that incorporate poetry, prose and performance, the book presents the reader with a distillation of the creative act.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Part 6 Conclusion 207

Extract

PART 6 Conclusion JEAN-LUC NANCY Making Sense Making sense : faire du sens, ou « faire sens » comme on le dit aujourd’hui en français par anglicisme. Quel est ce faire ? Est-ce une production ? Une fabrication ? Une génération ? Certainement pas. Le sens n’est en aucune façon produit : il n’est pas le résultat d’une opération destinée à produire et il n’est pas lui-même un produit. Ce qui peut être produit, c’est une information. Mais une information n’a pas proprement de sens. C’est sa réception, son échange, son partage qui peuvent faire du sens. « Faire du sens » est une expression comparable à « faire l’amour » ou encore à « faire bien » dans un contexte comme « cela fait bien de parler d’une ˝ crise du sens˝ ». Dans chacun de ces cas, ce qui apparaît comme objet ou comme résultat du « faire » – le « sens », l’ « amour » ou le « bien » – ne se distingue pas en réalité de l’acte de ce « faire ». Le sens ne consiste que dans le renvoi d’un ou plusieurs à un ou plusieurs autres. De soi-même à soi-même, aussi bien, à condition que ce « soi » se pré- sente à lui-même comme un autre – ce qui est la condition du corps. Le corps est ce dehors par lequel je peux me renvoyer une altération de moi-même, qui peut provenir aussi bien de mon corps que des autres corps qui l’entourent. Cela se nomme une sensation : telle est la première allure du sens. Dans la sensation, il y...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.