Show Less
Restricted access

Le Mort et le vif

Clichés/néologismes

Series:

Walter Redfern

Ce livre est une édition française repensée et mise à jour de The Dead and the Quick: Cliches and Neologisms in the Written, Spoken and Visual Cultures of Britain, the United States and France (1989, 2e édition 2010).
Walter Redfern considère le langage comme alternativement réactionnaire et révolutionnaire. Les mots sont complices dans le cramponnement humain aux réalités périmées, et toutefois le langage ne cesse d’évoluer par des processus de déplacement et de remplacement. En sus de la nature apparemment statique des clichés, cette étude se concentre donc sur le potentiel dynamique des mots. La créativité linguistique est présentée comme essentielle dans la résistance à la réflexion (ou l’absence de réflexion) toute faite.
Parmi les nombreux sujets étroitement liés et qui sont analysés ici de près se trouvent : l’imitation, le plagiat, la rumeur, la pensée politiquement correcte, le jargon, l’euphémisme, la répétition, la caricature, les stéréotypes. L’auteur étudie aussi le cliché et le néologisme dans le secteur visuel (par exemple, le kitsch, et les néomorphismes des psychotiques).
Paradoxalement, le cliché est un riche sujet de discussion. Et qui refuserait de s’intéresser au langage rajeuni ? Quoique pleinement académique dans la minutie de sa recherche, ce livre n’est jamais solennel comme un hibou ni sec.
Show Summary Details
Restricted access

Chapitre 9: Quelques Mots bien choisis

Extract

← 152 | 153 → CHAPITRE 9

Quelques Mots bien choisis

PUBLIEZ, ADVIENNE QUE POURRA

— DUC DE WELLINGTON

Parler avec mépris des sociétés dites primitives ne nous convient guère, nous qui vivons nous-mêmes dans une culture réglée par les rythmes insistants du tambour et de la guitare et, aussi longtemps qu’on aura un pouls et des pulsations cardiaques, peut-être qu’on y vivra toujours. Le rythme des expressions reçues nous berce et nous pousse vers la répétition et l’irréflexion. Ressemblons-nous si peu au vieux producteur d’énigmes dans le conte d’O.W. Holmes qui, dans la vieillesse, se satisfait par la simple cadence de ses devinettes – il laisse en blanc le contenu.1 Quant au limerick, on commence, métaphoriquement, à taper du pied dès le premier vers. Les vieux programmes radiophoniques de la BBC (ITMA, The Goons), dans lesquels un pourcentage élevé des routines comiques consistait dans des mots d’ordre, des refrains, répétés hebdomadairement at attendus avec reconnaissance par les auditeurs, suivaient le même modèle. Ce qui est familier vous accroche. Mais, quand on bat une cadence, le terrain favori cède au sentier battu de la banalité. Les bulles assénées aux papistes enseignent à ces fidèles comment se servir des rythmes de la méthode des températures. Celle-ci, malgré son sobriquet de « roulette du Vatican », promet mais ne garantit pas la sécurité. La méthode...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.