Show Less
Restricted access

Traduction et interculturalité

Entre identité et altérité

Series:

Edited By Nikol Dziub, Tatiana Musinova and Augustin Voegele

L’interculturel étant constitutif du culturel, et la traduction fonctionnant comme un outil de médiation entre les cultures, il semble indispensable d’étudier les liens entre l’un et l’autre. La figure qui est au cœur des études traductologiques est celle de l’Autre, et le traducteur doit trouver le juste équilibre entre identité et altérité, mais aussi entre dénotation et connotation(s), entre explicite et implicite, entre littérature et culture. Pour mener à bien cette « négociation » (Umberto Eco), il lui faut tenir compte d’éléments aussi variés que le différentiel cognitif entre les lecteurs de l’original et ceux de la traduction, la variabilité des connotations culturelles de certains termes et les éthé discursifs mobilisés dans le texte à traduire.

Show Summary Details
Restricted access

La restitution des valeurs symboliques dans le théâtre de Lorca : étude comparative de trois traductions de Bodas de sangre

La restitution des valeurs symboliques dans le théâtre de Lorca : étude comparative de trois traductions de Bodas de sangre

Extract

Isabel Repiso

Résumé : Cette étude analyse dans un premier temps la restitution des symboles du cheval, du taureau et de la lune dans trois traductions, publiées en France en 1953, 2005 et 2010, de la pièce de théâtre de Federico García Lorca Bodas de sangre (Noces de sang, 1933). Après quoi nous tentons d’expliquer l’échec de Bodas de sangre à Broadway en 1934 : des éléments culturels tels que l’imaginaire de la maternité comme lien charnel irrévocable, la mise en scène d’une certaine austérité morale et l’évocation du culte des ancêtres ont sans doute joué un rôle majeur dans la mauvaise réception de la pièce par le public new-yorkais.

Mots-clés : traductionsymbolethéâtreFederico García Lorcaréceptionéléments culturels

The Translation of Symbols in Lorca’s Bodas de sangre

Abstract: The paper first analyses the French translations of Federico García Lorca’s Bodas de sangre (1933), with a strong focus on three symbols: the horse, the bull and the moon. Then, it aims at explaining why the public of Broadway did not like the drama: it is probably because of the typically Andalusian cultural elements involved in it, like the visceral maternity and the cult of the ancestors.

Keywords: translationsymboltheatreFederico García Lorcareceptioncultural elements

La rédaction de Noces de sang s’inscrit dans la volonté de Federico García Lorca de rapprocher le th...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.