Show Less
Restricted access

Traduction et interculturalité

Entre identité et altérité

Series:

Edited By Nikol Dziub, Tatiana Musinova and Augustin Voegele

L’interculturel étant constitutif du culturel, et la traduction fonctionnant comme un outil de médiation entre les cultures, il semble indispensable d’étudier les liens entre l’un et l’autre. La figure qui est au cœur des études traductologiques est celle de l’Autre, et le traducteur doit trouver le juste équilibre entre identité et altérité, mais aussi entre dénotation et connotation(s), entre explicite et implicite, entre littérature et culture. Pour mener à bien cette « négociation » (Umberto Eco), il lui faut tenir compte d’éléments aussi variés que le différentiel cognitif entre les lecteurs de l’original et ceux de la traduction, la variabilité des connotations culturelles de certains termes et les éthé discursifs mobilisés dans le texte à traduire.

Show Summary Details
Restricted access

L’amitié entre deux langues : André Gide et Jules Romains traduits en russe par Adrian Frankovski (1925–1926)

L’amitié entre deux langues : André Gide et Jules Romains traduits en russe par Adrian Frankovski (1925–1926)

Extract

Nikol Dziub et Augustin Voegele

Résumé : Après avoir dit quelques mots de l’état de la traductologie en Russie à la fin des années 1910 et dans les années 1920, nous étudions la traduction russe de Lucienne (1922 pour l’original, 1925 pour la traduction) de Jules Romains par Adrian Frankovski, afin de voir comment y est restitué l’imaginaire unanimiste de l’amitié, puis la version russe des Faux-Monnayeurs (1925 pour l’original, 1926 pour la traduction, que l’on doit à Frankovski également) d’André Gide, afin de juger dans quelle mesure les ambiguïtés de l’amitié gidienne y restent perceptibles.

Mots-clés : traductioninterculturalitéAndré GideJules Romains,amitié

How to Translate Friendship: André Gide and Jules Romains Translated into Russian by Adrian Frankovsky (1925–1926)

Abstract: The paper has three aims: it explains the main concepts of traductology in Russia in the 20s; it analyses the Russian translation (1925) of Jules Romains’s Lucienne (1922) by Adrian Frankovsky, in order to show how the translator proceeds to transpose the unanimist conception of friendship; and it analyses Frankovsky’s translation (1926) of Gide’s Les Faux-Monnayeurs (1925), a novel in which friendship is very ambiguous.

Keywords: translationinterculturalityAndré GideJules Romainsfriendship

Les relations mutuelles entre traduction et interculturalité peuvent se penser selon des perspectives diverses (voir Samara, 2004 : 104 et Salloum, 2015). D’une part, la traduction consiste à faire faire à un texte un voyage interlinguistique et interculturel ; d’autre part, elle est un outil de « promotion de...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.