Show Less
Restricted access

L’hebdomadaire Die Zukunft (1938-40) et ses auteurs (1899-1979) : Penser l’Europe et le monde au XXe siècle

Series:

Annette Grohmann-Nogarède

Dans cet ouvrage, l’auteure présente une publication sur l’émigration antihitlérienne. On y découvre un vaste réseau transnational composé de plusieurs auteurs de différents pays dont Thomas et Heinrich Mann, H.G. Wells, Aldous Huxley, François Mauriac ou Georges Duhamel. C’est un voyage dans le temps couvrant une grande partie du XXe siècle à la découverte des personnalités hors pair : les architectes qui ont façonné le monde tel qu’il est aujourd’hui. Le sens de la responsabilité de l’intellectuel devant l’histoire et une détermination sans faille les relient. L’image de cet "intellectuel engagé" apparaît sous un jour nouveau.

Show Summary Details
Restricted access

Introduction

Extract



« Nous devons formuler la revendication suivante : Pas de Quatrième Reich ! Mais une Allemagne fédérale au sein des Etats-Unis d’Europe ! »

Anna Siemsen, La Grande Allemagne ou une fédération ? Die Zukunft, 21 octobre 1938

« La base du mouvement national indien est son antiimpérialisme et sa foi en la démocratie et la liberté (…) La paix et la liberté des peuples ne peuvent être réalisées par le fascisme et l’impérialisme ».

Pandit Jawaharlal Nehru, L’Inde parle au peuple allemand. Die Zukunft, 4 novembre 1938

A la veille de la Seconde Guerre mondiale, la France est l’un des derniers pays démocratiques en Europe, et elle accueille un grand nombre de réfugiés issus du reste du continent, en proie à des dictatures ou des régimes totalitaires. D’abord les Russes « blancs », opposants de la Révolution d’Octobre, puis les Italiens antifascistes qui quittent le pays entre 1922 et 1925. Enfin, la prise de pouvoir d’Hitler en Allemagne contraint les opposants politiques et la population juive à s’exiler, au moins pour ceux qui en ont les moyens et la possibilité. A la fin des années 1930, avec l’annexion de l’Autriche, les accords de Munich et le démembrement de la Tchécoslovaquie, un grand nombre d’opposants au nazisme de l’Europe centrale rejoint les réseaux des exilés à Paris.

Des études de cette période citent des chiffres allant jusqu’à trois millions d’étrangers...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.