Show Less

Contre l’innocence

Esthétique de l’engagement en littérature de jeunesse

Series:

Britta Benert and Philippe Clermont

L’ouvrage veut envisager dans quelle mesure il est possible à la littérature de jeunesse de manifester à la fois un engagement de nature idéologique, politique et esthétique. Si, selon Sartre, la fonction de l’écrivain est de réduire l’innocence au monde du lecteur, les études pluridisciplinaires réunies visent à approcher les différentes « façons » par lesquelles les écrivains s’y engagent pour de jeunes lecteurs. Littérature comparée, histoire littéraire, lectures sociologiques et sociolinguistiques, didactique de la littérature fournissent autant de regards croisés et complémentaires nécessaires à la compréhension d’un objet et d’une problématique complexes. Cet ensemble propose ainsi les éléments d’une réflexion esthétique sur la littérature de jeunesse au sens où valeurs, éthique, poétique et réception des textes sont analysées. Les fictions littéraires privilégiées par les contributeurs témoignent d’un panorama significatif des œuvres et des auteurs : au delà de et grâce à la problématique de l’engagement, l’ouvrage souhaite apporter une plus grande connaissance des romans pour enfants et adolescents, albums, bandes dessinées, dans une visée internationale comme l’atteste le corpus.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

2. Perspectives culturelles et identités: espaces et métissages, genressociaux

Extract

2. Perspectives culturelles et identités: espaces et métissages, genres sociaux 143 L’engagement des écrivains pour la jeunesse dans la diffusion de l’idée coloniale: écrire l’Algérie sous la IIIe République (1870-1940) Mathilde Lévêque Troisième République et littérature d’enfance se conjuguent bien souvent pour évoquer la politique scolaire et les lois Ferry du début des années 1880. Pourtant, ce serait une erreur d’oublier que Jules Ferry fut aussi l’un des principaux tenants de la politique d’expansion coloniale française et que, loin de négliger la littérature pour la jeunesse et ses différents supports, la propagande coloniale républicaine a su mobiliser auteurs, illustrateurs et éditeurs, mettant en place toute une littérature coloniale pour la jeunesse aujourd’hui largement tombée dans l’oubli. Dans quelle mesure les écrivains pour la jeunesse se sont-ils engagés dans la diffusion de l’idée coloniale, notamment en ce qui concerne la principale colonie de l’empire, l’Algérie? La fiction romanesque est-elle le support d’un discours unique, formaté par les autorités politiques, ou les auteurs avancent-ils des prises de position plus complexes? Comment ces idées évoluent-elles au cours de la Troisième Répu- blique, de la chute du Second Empire à la veille de la Seconde Guerre mondiale? Ma position est celle du chercheur en littérature: il ne s’agit aucunement de déve- lopper un discours de repentance, concept moral inopérant pour comprendre objecti- vement la littérature...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.