Show Less

Métamorphoses des genres

L’œuvre littéraire de Gilles Zenou

Sirkka Remes

Ce livre vient combler une lacune en nous proposant une première étude sur le romancier et philosophe juif Gilles Zenou (1957-1989). D’une lucidité étonnante, l’auteur décédé à l’âge de 31 ans a laissé une œuvre remarquable dans laquelle il ne cessait de s’interroger sur l’identité et l’altérité. Si les genres n’existaient que dans la métamorphose? Telle est la thèse proposée dans cet ouvrage qui ne se contente pas de présenter un auteur exceptionnel. Il l’étudie selon un point de vue original en jouant avec la polysémie du mot « genre » en français, référant à la fois aux genres littéraires, aux genres masculin et féminin et aux genres biologiques.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Avant-propos

Extract

Pourquoi écrire? C’est une question que chaque auteur se pose à un moment ou un autre. Au cours des dernières années, j’ai souvent dû répondre à une autre question : pourquoi Gilles Zenou ? Pourquoi vouloir travailler sur un auteur mal connu, mort jeune, pas du tout étudié ? En fait, je ne suis pas philosophe, le français n’est ma langue maternelle et avant de découvrir l’œuvre de Zenou, je ne connaissais pas grande chose du Maroc ou de la culture juive. Si malgré ces difficultés je me suis aventurée dans l’étude d’un écrivain et philosophe d’ori- gine juive marocaine, c’est parce que j’avais la ferme conviction qu’un auteur aussi exceptionnel ne devait pas sombrer dans l’oubli. L’idée m’a traversée que je n’avais pas choisi cet auteur, mais que j’avais été choisie, élue, par le destin qui un jour a jeté sur ma route un livre avec un étrange nom : La Désaffection. Pour Gilles Zenou, l’écriture et la vie étaient indissociables. « Non plus écrire ou vivre mais vivre en écriture et écrire en vivant »1, raisonne un de ces personnages. Dans cette optique, demander pourquoi écrire revient à demander pourquoi vivre, ou pourquoi survivre. Gilles Zenou est né en 1957, bien après les horreurs de la seconde guerre mondiale. Dans son enfance à Rabat, le sou- venir de la Shoah et des pogroms était pourtant toujours présent dans la mémoire collective. Même si l’existence de la communauté des juifs marocains...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.