Show Less
Restricted access

Pratiques plurilingues en milieu professionnel international

Entre politiques linguistiques et usages effectifs

Series:

Eve Lejot

Cet ouvrage appréhende les pratiques langagières plurilingues d’une entreprise aéronautique et d’une organisation internationales. Il a pour but de comparer le «prescrit» par les politiques linguistiques aux situations liées à des pratiques plurilingues quotidiennes ainsi que de repérer les facteurs déclenchant le choix de la langue de communication. Pour ce faire, cette étude se situe au carrefour des concepts de la linguistique, de la sociologie interactionniste et de la didactique. Des discours de différentes natures sont analysés au moyen de questionnaires, d’entretiens ainsi que d’enregistrements et d’observations de réunions. Finalement, un lien entre posture professionnelle et pratiques langagières est établi.
Show Summary Details
Restricted access

Chapitre 6 : Les entretiens : analyse indicielle de discours sur le travail

Extract

Chapitre 6 :Les entretiens : analyse indicielle de discours sur le travail

Nous avons eu recours à une analyse linguistique à orientation interactionniste dans la partie sur les réunions dans le chapitre 5. Selon notre démarche scientifique de triangulation pour étudier les pratiques langagières sur nos terrains de recherche, nous intégrons maintenant la dimension déclarative apportée par les entretiens, qui sont des échanges provoqués. Pour les entretiens, dans l’entreprise aéronautique comme à l’UIL, nous allons focaliser notre attention sur les structures linguistiques et pour cela avoir recours à l’analyse de discours indicielle, qui privilégie des entrées de type énonciatif. L’analyse du discours essaie de répondre aux questions « comment » et « pourquoi ». D’après D. Maingueneau (1998) « l’analyse du discours est celle de l'articulation du texte et du lieu social dans lequel il est produit ». Cette méthode d’analyse nous permettra de contextualiser le discours, l’énonciation (avec les cadres énonciatifs en 6.1), l’analyse des procédés linguistiques (avec le connecteur « mais » en 6.2) ainsi que les procédés de mise en texte (avec les schémas actantiels en 6.3).

Il est à noter que l’intervieweur, c’est-à-dire nous, en tant que coconstructeur du discours, a une influence sur ce dernier. Le discours n’existe pas, il est toujours co-construit dans une situation d’énonciation. R. Rommetveit (1992) explique que le langage est décrit comme une action en tant que telle. Cette action s’inscrit dans une pratique sociale et culturelle, il...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.