Show Less
Restricted access

Le corps de l’audible

Écrits français sur la voix 1979–2012

Series:

Helga Finter

La voix n’est-elle qu’un instrument pour la langue ou a-t-elle une signifiance propre? Quel rôle joue sa théâtralisation pour les conceptions du sujet, du corps, du langage? Comment la voix crée-t-elle une présence ou une signature? Comment dramatise-t-elle son origine et l’audio-vision? Quels sont les effets et les fonctions des technologies sonores? À quoi servent les voix acousmatiques? Comment se manifestent une éthique et/ou une politique de la voix? Quel est le rapport entre voix d’auteur et voix poétique? C’est à de telles questions que répondent les écrits de ce livre en analysant des œuvres de la scène expérimentale – théâtre, opéra, danse, médias – et de l’écriture qui proposent par leur pratique une esthétique de la voix.
Show Summary Details
Restricted access

L’offrande langagière : scènes de Roussel

Extract



L’offrande

Le 7 juillet 1747, Jean-Sébastien Bach dédie à Frédéric II de Prusse une œuvre, composée à la suite de sa seule visite à Potsdam et qui consiste en des variations sur un thème proposé à Bach par le roi lui-même. Le titre de cette œuvre est Musicalisches Opfer, « Offrande musicale ». Le mot allemand Opfer est déduit du verbe latin operari ce qui, depuis Saint Augustin, signifie « donner l’aumône ». Mais ce don va prendre en allemand de singulières nuances : Opfer a pris la double connotation de renoncement et de violence. Car Opfer, c’est aussi le sacrifice ou la victime expiatoire. Quand il est don, c’est grâce aux sacrifices personnels. Et, dans un contexte religieux, c’est le don sacrificiel offert à une divinité, sa connotation religieuse est plus païenne que chrétienne. Le mot français, par contre, « l’offrande », vient du latin offerenda : « choses à offrir ». Moins coloré d’affect, il maintient cependant un niveau sémantique liturgique et concerne – dixit le Petit Robert – la cérémonie pratiquée à la messe, au moment où le prêtre présente aux fidèles la patène (qui porte l’hostie) à embrasser et reçoit leurs dons.

L’Offrande musicale de Bach est en effet une œuvre multiple qui répond à la fois à l’Opfer allemand et à l’offrande française : elle est don, sacrifice et élément d’une mise en présence par l’acte du discours comme la pratique de l’eucharistie, aussi appelée...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.