Show Less
Restricted access

Analyse et enseignement des littératures francophones

Tentatives, réticences, responsabilités- Actes du colloque de Paris 31 mai - 2 juin 2006- Publiés avec la collaboration de Laurent Rossion et Amélie Schmitz

Series:

Marc Quaghebeur

L’émergence des littératures francophones constitue un des événements culturels essentiels de l’histoire de la langue française. Un événement qui n’a pas fini d’engendrer des chocs en retour tant leur prise en compte réelle met en cause les évidences supposées de siècles d’enseignement et de perception de la littérature française.
Issues d’aires géographiques et d’histoire très différentes mais inscrites dans le système littéraire le plus centralisé qui soit, les littératures francophones ont certes fini par opérer une percée dans l’enseignement de la plupart des pays concernés. Il ne s’est toutefois généralement agi que de parler de celle du pays en question.
L’enseignement transversal de ces littératures et leur rapport à la France métropolitaine comme leur étude dans les divers niveaux de l’enseignement secondaire supposent la révision des cadres d’approche et de légitimisation de textes qui pluralisent la perception du monde.
À travers l’approche de quelques œuvres de la seconde moitié du XX e siècle, le premier colloque de l’Association européenne des études francophones s’efforce de fournir des pistes de recherche qui ne se réduisent pas aux fondements historiques de ces littératures mais les présupposent.
Les complète une étude méthodologique de Bernadette Desorbay sur ce que des concepts issus de la psychanalyse peuvent amener à la compréhension de tels faits littéraires.
Contenu : Yves Bridel : La création de l’Association européenne pour les études francophones – Marc Quaghebeur : Francophonies d’Europe et d’ailleurs – Michèle Gendreau-Massaloux : Perspectives d’avenir – Philippe Nayer : Reconsidérer les francophonies – Étienne Barilier : Le temps de l’engagement – Beïda Chikhi : Tête-à-texte pour une déclinaison de l’étrange. À propos des textes réputés difficiles – Marc Quaghebeur : Dave au bord de mer de René Kalisky. Quand l’Histoire sort des mythifications de l’après-guerre – Yves Chemla : L’intime dans la guerre. Écritures féminines libanaises (1974-1982) – Priska Degras : Tracées de René Ménil – Cristina Robalo Cordeiro : Francophonie et allophonie – Fritz Peter Kirsch : Convergences trompeuses. Considérations sur les rapports entre trois francophonies littéraires au début des années 1980 – Peter Klaus : L’âge de la parole ou l’émancipation de et par la langue. Le roman Maryse de Francine Noël – Catherine Pont-Humbert : « Réjean Ducharme : déglinguer la langue ». À partir du roman Les Enfantômes – Ana González Salvador : Pari kaliskien : contre la répétition – Maria Clara Pellegrini : Théâtre épique, théâtre historique. La Réunion d’après Emmanuel Genvrin – Laurenţiu Zoicaş : Pour une histoire de la traduction en roumain du roman français et francophone – Annamaria Laserra : Le littéraire et le politique : quelques réflexions – José Domingues de Almeida : Conrad Detrez : oscillation entre l’Histoire et le mythe, comme « lutte finale » – Laurent Rossion : Ionesco et le vertige de soi : L’Homme aux valises – Pascal Antonietti : La verticalité mise en œuvre. Soft Goulag d’Yves Velan – Noureddine Bousfiha : Entretien avec Mohammed Khaïr-Eddine – Fabien Honoré Kabeya Mukamba : Littérature francophone d’Afrique post-coloniale. L’écriture du désenchantement – Léon-François Hoffmann : La littérature d’Haïti : quelques repères – Anne Douaire : Malemort d’Édouard Glissant. Relation et invention de nouvelles lectures – Kasereka Kavwahirehi : Valentin Yves Mudimbe et l’écriture comme traversée transgressive des frontières et expérience de la limite – Jean-Claude Kangomba : Quel style pour dire les dictatures africaines ? L’exemple de La Vie et demie de Sony Labou Tansi – Gasana Ndoba : L’Homme de ma colline par Joseph Cimpaye. Un exercice posthume de transmission littéraire – Agnieszka Pantkowska/Laurence Pieropan/Amélie Schmitz/Pierre Vanderstrappen : Synthèse – Bernadette Desorbay : Les limites du discours. À propos de Pierre Mertens.