Loading...

Translation in an International Perspective

Cultural Interaction and Disciplinary Transformation

by Antoine Cazé (Volume editor) Rainer Lanselle (Volume editor)
Edited Collection 390 Pages

Table Of Content

  • Cover
  • Title
  • Copyright
  • About the author(s)/editor(s)
  • About the book
  • This eBook can be cited
  • Table des matières/Table of contents
  • Introduction
  • Introduction
  • I. Traduction et transferts culturels/Translation and Cultural Transfer
  • Translate Scripture and Change the World – How Translation Transformed a Language, a World-View, a Text: An Example from East Asia
  • Introduction
  • 1. Between me and we
  • 2. A suffix chooses freedom
  • 3. O tempora!
  • 4. A triangular relationship
  • Conclusion
  • Quand le traducteur se fait visible : essai d’analyse des notes de traducteur dans la Description de l’Empire de la Chine et de la Tartarie chinoise (Paris, 1735)
  • Traducteur solitaire, traducteur silencieux ? Quelques interrogations préliminaires
  • Les généralités du corpus
  • La typologie de formes graphiques
  • La typologie fonctionnelle des notes
  • Notes intensives : fonction explicative
  • Notes intensives : fonction exégétique
  • Notes extensives : traduire pour enquêter
  • Notes extensives : question de crédibilité
  • Conclusion
  • Source
  • Bibliographie
  • Traduction et révolution – Une lecture de la pensée de la traduction de Lu Xun
  • 1. Traduction et engagement
  • 2. Traduction et idées
  • 3. Traduction et langue
  • 4. Traduction et évolution
  • 5. Traduction et idéologie
  • Conclusion
  • Bibliographie
  • Le traducteur, agent d’une représentation évolutive de la Chine
  • 1. La pensée chinoise est, dès l’origine, une pensée commentée et, d’une certaine manière, “traduite”
  • 2. À quel défi se trouve confronté le traducteur de textes chinois anciens ?
  • 3. La Chine se regarde dans le miroir que lui tend l’Occident
  • Conclusion
  • Shifting Practices as an Effect of Shifting Language: The Case of the Acclimatation of Psychoanalytical Discourse into Chinese
  • Bibliography
  • II. Traduction et terminologie/Translation and Terminology
  • Translation as a Historically Situated Activity – “Situational Issues: the Case of Terminological Transfer and Text Translation”
  • 1. The official terminological process in France
  • 1.1. Official Terminology in France (French language enrichment process)
  • 1.1.1. Data requirements
  • 1.1.2. Data collection
  • 1.1.3. The actors diversity
  • 1.1.4. A few questions requiring clarifications
  • 1.2. Theoretical positions about terminology and translation
  • 1.2.1. About terminology
  • 1.2.2. About translation itself
  • 1.3. Some practical examples
  • 1.3.1. Concerning signs of “cultural transfer”
  • 1.3.2. Concerning translating
  • 2. Translating theoretical texts
  • 2.1. The French context of an English book’s reception
  • 2.2. Clues used for interpreting “speech”and “langage”
  • 2.2.1. French linguistics
  • 2.2.2. Conceptual and phraseological clues
  • 2.2.3. An instance of conceptual-phraseological bias
  • 2.3. Less obvious heritages in Gardiner’s terminology
  • 2.3.1. The “origine of speech” discussion and its “grammaire générale” background
  • 2.3.2. The translation of German terms
  • 2.4. Salient and non-salient terms and concepts
  • 3. Conclusion
  • Bibliography
  • Machine Translation: Theoretical and Practical Shifts Within American and Russian Linguistics
  • 1. Machine translation and American structural and anthropological linguistics
  • 1.1. Machine Translation as a war technology
  • 1.2. The second mathematic turn of linguistics
  • 1.3. Machine Translation and translators
  • 1.4. Anthropological linguistics, American Indian languages and Translation
  • 1.4.1. Vœgelin’s Multiple Stage Translation
  • 1.4.2. Harris’s Transfer grammar
  • 2. Machine translation and Russian linguistics
  • 2.1. Multilingualism and translation
  • 2.2. The legacy of historical and comparative grammar revisited
  • 2.3. The intellectual legacy of international languages
  • 2.4. The notion of a universal internal logic for languages
  • 2.5. Artificial intermediary language
  • Conclusion
  • References
  • Dubbing The Flintstones: How Do You Say Yabba-dabba-doo in French?
  • 1. The different dimensions in The Flintstones
  • 1.1. The Absurd and the Voice of Reason
  • 2. The dubbing voice(s) in The Flintstones: ‘navigating’ social classes and reaching fantasyland
  • 2.1. Joual: “une langue désossée” ?
  • 2.2. Standard Québécois
  • 2.3. International French
  • 2.4. Navigating Social Classes: a Sense of Community
  • 2.5. Provençal and Rural Accent
  • 2.6. Synchronian
  • 3. From a rhizome to fantasyland
  • 3.1. Québec at a Crossroads
  • 3.2. Bills and shells: Geographic limbo
  • 4. Conclusion
  • References
  • Appendix A Joual
  • Appendix B Standard Québécois
  • Appendix C International French
  • Appendix D Synchronian
  • Translating Feminisms: De-genderization or Feminization?
  • Legislation and official guidelines
  • Grammatical gender and social sex
  • A comparison of the titles of anglophone and francophone guides
  • Lexical feminization versus neutralization or de-genderization
  • How is this possible?
  • Syntatic feminization versus degenderization or neutralization?
  • French
  • Language and thought process
  • Conclusion
  • The Freudian Sexual Trieb. Origins, Trials and Tribulations of a Psychoanalytical Paradigm Transmitted Across Languages
  • Turn-of-the-century Vienna
  • A German word …
  • … and its destiny
  • 1. A dramatic encounter: when the German Trieb called into question the Darwinian instinct
  • 2. Freud’s initial doubts about the notion of Trieb
  • 3. A new paradigm: the 1905 Freudian sexual Trieb
  • 4. La pulsion: an Old French word for a revolutionary Freudian idea
  • 5. Basic instinct or bad translation?
  • 6. Lost in Translation: the continuing misfortune of the Freudian sexual Trieb in the Anglo world
  • Translation in psychoanalysis
  • Bibliography
  • III. Traduction et littérature/Translation and Literature
  • Women Translators in Romantic Germany
  • The Role of Women in Romantic Germany
  • Translation in Romantic Germany – A Feminine Activity?
  • Women’s Education and Salons
  • The Influence of Women on the Romantic Circles
  • Women as Translators
  • Women Translators as Transmitters of New Ideas
  • Dorothea Schlegel
  • Dorothea Tieck
  • Conclusion
  • Bibliography
  • De la fiction à la non-fiction : traduire les textes de sciences humaines
  • Introduction
  • 1. Fiction et non-fiction
  • 1.1. L’expérience fictionnelle
  • 1.2. La non-fiction à la lumière de la fiction
  • 1.2.1. Non-fiction, référence et dialectique
  • 1.2.1.1. La distinction entre énoncés de fiction et énoncés référentiels
  • 1.2.1.2. Non-fiction et raison dialectique
  • 2. Lire et traduire le texte de non-fiction
  • 2.1. Non-fiction et pulsion épistémique
  • 2.2. La non-fiction comme travail partagé de la pensée (entre l’auteur et le lecteur par le truchement d’un texte)
  • 2.3. Le regard du traducteur
  • 2.3.1. Monde sensible et Univers des concepts
  • 2.3.2. Lire pour traduire
  • 3. Approche contrastive de la traduction de la non-fiction
  • 3.1. Traduction et re-construction de la cohérence discursive
  • 3.2. Répétition et anaphore pronominale
  • 3.3. Parataxe et hypotaxe
  • 3.4. Prosodie et connectivité
  • Conclusion
  • Bibliographie
  • Corpus
  • The Scholar and the Beauty. First Translations of Chinese Novels in England and France (XVIIIth–XXth Centuries)
  • Translated novels
  • Reasons for translating
  • Hierarchy between the novelistic genres
  • Ways of translating
  • A sinological paradigm
  • Glossary
  • Bibliography
  • Monstrous Possibilities: Translation in Patchwork Girl by Shelley Jackson
  • Translation as dislocation
  • Aleatory readings: the indeterminacy of meaning
  • The forked tongue of the cyborg
  • Conclusion
  • Bibliography
  • Translation and Creation, New Approaches of Japanese Contemporary Literature
  • 1. The translation point of view: A new era for Japanese literature in the world, from input to output
  • 2. Murakami Haruki, the master of the game
  • 3. Mizumura Minae, the paradox of English as resistance
  • 4. Tawada Yôko or translation as cultural graft
  • 5. Conclusion: hybridity and reshapings
  • Bibliography
  • Les auteurs/Contributors
  • Sylvie Archaimbault
  • Florence Binard
  • Danielle Candel
  • Patricia Cotti
  • Justine Huet
  • Rainier Lanselle
  • Jacqueline Léon
  • Rémi Mathieu
  • Barbara Pausch
  • Bruno Poncharal
  • Philippe Postel
  • Arnaud Regnauld
  • Jean-Noël Robert
  • Cécile Sakai
  • Didier Samain
  • Wu Huiyi
  • Florence-Xiangyun Zhang

| 7 →

Introduction

Les chercheurs travaillant dans le domaine de la traduction en appellent depuis longtemps à un changement de paradigme dans la définition des rapports entre traduction et transmission des savoirs. Alors qu’on admet communément qu’une part importante de nos connaissances communes doit sa transmission à la traduction, les effets d’une telle réalité sur la construction et la circulation des connaissances sont trop rarement pris en compte, en particulier dans le domaine des sciences interprétatives que sont les humanités, mais aussi les champs littéraire et terminologiques. Un tel changement épistémologique est impliqué par l’activité même de traduction. Que celle-ci joue un rôle au sein des disciplines de sciences humaines qui travaillent en situation de transfert culturel, ou font du transfert culturel leur objet d’étude, ou bien qu’elle intervienne dans la diffusion de nouvelles pratiques ou encore dans l’ouverture de littératures à de nouveaux publics, la traduction, au même titre que ces œuvres et que ces savoirs, peut être elle-même perçue comme une force transformatrice contribuant à l’établissement de champs disciplinaires nouveaux.

A cet égard on pourra dire que la traduction doit être considérée comme une partie intégrante des sciences humaines, dont elle remodèle les frontières traditionnelles entre disciplines d’une manière aussi innovante que bien souvent imprévue. La traduction et la réflexion sur cette dernière sont des pratiques globales qui ont pu varier notablement selon différents contextes tels que le lieu, l’époque, la discipline concernée.

C’est dans cette perspective qu’ont été réunis les articles du présent volume, correspondant à un choix effectué au sein d’un nombre important de contributions présentées lors d’un colloque tenu autour de ces questions à l’Université d’Illinois à Urbana-Champaign du 14 au 16 octobre 2010, et intitulé Paradigmes en mutation : Du rôle transformateur de la traduction pour les sciences humaines (Shifting Paradigms: How Translation Transforms the Humanities). Il fut co-organisé par le Centre d’études de ← 7 | 8 → la traduction de l’université d’Illinois (The Center for Translation Studies of the University of Illinois at Urbana-Champaign) et l’Université Paris- Diderot. Des spécialistes de divers domaines, qu’ils soient ou non praticiens de la traduction, y ont apporté des éclairages très divers sur le rôle de la traduction comme cadre théorique permettant de prendre en compte les spécificités linguistiques et culturelles des disciplines qui constituent les sciences humaines, notamment à partir de concepts tels que la dislocation de la culture (H. Bhabha), la violence ethnocentrique de la traduction (L. Venuti), l’épreuve de l’étranger (A. Berman), la dissymétrie du transfert culturel.

Les articles réunis dans ce volume s’ordonnent ainsi selon trois grands champs thématiques que sont ceux des transferts culturels, de la terminologie et de la littérature.

La première partie, celle consacrée à l’implication du fait traductologique au sein des transferts culturels, est entièrement centrée sur un foyer culturel que son importance devrait appeler à devenir central dans toute réflexion future au sein des études de la traduction : la Chine, ancienne et moderne. Qu’il s’agisse de prendre en compte des échanges anciens, propres à des régions asiatiques entre elles, ou, plus récemment, entre la Chine et l’Occident en général, le cas, ou plutôt les cas chinois, montrent la richesse des enjeux à l’œuvre. Le choix d’articles réunis dans cette partie montre quelques facettes de cette richesse. Le long texte de Jean-Noël Robert, “Translate Scripture and Change the World”, qui ouvre ce volume, est presque impossible à résumer tant il touche à des sujets essentiels de l’histoire des échanges interculturels et interreligieux en Asie, échanges dans lesquels la traduction a joué un rôle éminent. En une peinture qui à la fois constitue une fresque de siècles d’histoire brossée avec maestria et s’appuie sur des exemples soigneusement choisis et analysés en profondeur, J.N. Robert rappelle quelques aspects de ce qu’ont impliqué, dans l’histoire du continent asiatique, la diffusion et l’assimilation du bouddhisme, au niveau des langues qui en ont été les porteuses, et de leurs rapports. Le chinois aurait pu sembler la langue la moins apte à traduire des idées, des concepts, des rhétoriques, une vision du monde, qu’avaient d’abord véhiculé les langues indo-européennes qui avaient servi de berceau au ← 8 | 9 → bouddhisme. Or, non seulement le chinois en fut capable, devenant à son tour porteur d’une foi multiséculaire dans la doctrine bouddhique dont l’influence perdure encore aujourd’hui, mais, ce qui nous intéresse ici, cette langue au patrimoine déjà ancien au moment où ce transfert eut lieu, se laissa elle-même profondément transformer par cette assimilation : d’avoir servi à la diffusion du bouddhisme, la langue chinoise ne devait plus jamais être la même, et les idées dont elle allait être le véhicule plus tard, et même dans des domaines bien différents, allaient toujours garder la trace de cette interaction profonde avec l’étranger, qui a de tout temps marqué l’histoire de cette langue. Dans “Quand le traducteur se fait visible : essai d’analyse des notes de traducteur dans la Description de l’Empire de la Chine et de la Tartarie chinoise”, Wu Huiyi s’intéresse à la manière dont, au XVIIIe siècle, dans des domaines allant de la philosophie politique à la médecine, les traducteurs expliquent les choses étrangères ou commentent des significations présumées enfouies sous le texte original, allant jusqu’à établir un dialogue critique avec les auteurs qu’ils sont en train de traduire. Florence-Xiangyun Zhang étudie quant à elle, dans “Traduction et révolution”, la manière dont la traduction devait, pour le fameux écrivain Lu Xun, au début du XXe siècle, décentrer la Chine, en faisant non seulement entrer des idées nouvelles, mais en affectant la langue chinoise même. Des décennies avant Antoine Berman et Lawrence Venuti, Lu Xun, dénonçant l’ethnocentrisme chinois qui cherchait à normaliser toute différence, prône ainsi une traduction littérale, quelquefois qualifiée par lui-même de “dure”, qui n’hésite pas à sacrifier la lisibilité du texte au profit d’une nouvelle langue. En sens inverse, Rémi Mathieu montre une part du travail du sinologue, et plus généralement de tout spécialiste d’une culture étrangère, dans son article “Le traducteur, agent d’une représentation évolutive de la Chine”. Pour lui, il convient de faire la part, dans l’acte de traduction, de ce qui peut passer du texte même et de ce qui vient s’y adjoindre, plus ou moins explicitement, des idées ou idéologies du moment sur la notion même d’étranger. En prenant le cas du travail sinologique, il rappelle comment l’histoire de la traduction est largement celle de nos idéologies successivement dominantes (christianisme, humanisme, scientisme, marxisme, ← 9 | 10 → mondialisme…). Le rôle de ce traducteur consiste, dès lors, à interroger ces idéologies et, sans les nier, à en tirer profit pour le bénéfice même du dialogue des civilisations dans lequel le traducteur est au premier titre engagé. Rainier Lanselle, enfin, revient, dans “Shifting Practices as an Effect of Shifting Language: The Case of the Acclimatation of the Psychoanalytical Discourse into Chinese”, sur la manière dont la traduction informe la langue et la pensée d’un moment : il prend pour exemple le domaine du développement, dans la Chine de la première moitié du XXe siècle, de l’évolution du vocabulaire relatif à la vie psychique, à mesure que les idées de la psychanalyse se répandaient en Chine dans certains milieux du vivant même de Freud. La traduction n’y a pas bouleversé les points de vue en apportant des idées nouvelles : c’est la langue même qu’elle a affecté, plus profondément encore, lui donnant les moyens de dire ce qui était resté jusqu’alors de l’ordre, littéralement, de l’indicible.

Dans la deuxième partie du volume sont regroupés des texte qui traitent de questions terminologiques à des degrés divers. Dans “Translation as a Historically Situated Activity”, Danielle Candel et Didier Samain abordent, d’un point de vue théorique et pratique, les questions de terminologie officielle et de la traduction de concepts théoriques – en l’occurrence ceux de la linguistique. De même, montrent-ils, qu’en traduction l’objectif n’est pas tant de rendre un mot que de transférer un savoir d’une culture à l’autre, en terminologie également les traductions oscillent entre rendu littéral et approche plus sensible à la culture d’accueil et à ses usages. On observe par ailleurs que le traducteur tend à traduire les concepts de la langue source à partir des répertoires conceptuels et phraséologiques dont il dispose dans la langue d’arrivée. Or ces répertoires entraînent le cas échéant des distorsions. Ces problématiques ne sont pas absentes de l’analyse que livrent Sylvie Archaimbault et Jacqueline Léon dans leur article “Machine Translation: Theoretical and Practical Shifts Within American and Russian Linguistics” : elles y montrent comment la traduction automatique constitue un exemple remarquable d’une conception de la traduction comme activité historiquement située. La façon dont elle a été intégrée par les linguistes et les traducteurs diffère selon les traditions culturelles et linguistiques auxquels ← 10 | 11 → ils appartiennent. Mais elle a aussi, dans le même temps, renouvelé un intérêt pour les langues intermédiaires, pour les langues internationales, permettant de repenser la diversité des langues et la question des universaux. Dans “Dubbing The Flintstones,”, Justine Huet fait part de son expérience du doublage des séries pour en souligner le caractère de produit hétéroglossique issu de diverses zones de contact, aux effets d’hybridation. Le concept de normes s’y trouve bousculé, tout comme d’ailleurs les politiques linguistiques, comme le montre l’exemple québécois sur lequel elle fonde sa démonstration. Dans une préoccupation pour des questions de genre, Florence Binard, dans “Translating feminisms”, rappelle comment les féministes anglophones et francophones des années 1970 s’intéressèrent à la langue comme facteur de domination masculine et d’outil pour rendre les femmes invisibles. Elles militèrent en faveur de mesures gouvernementales visant à promouvoir l’emploi d’une langue “non sexiste” et leurs demandes débouchèrent sur l’élaboration de guides de bonne pratique ayant pour but de remédier à l’usage sexiste de la langue. Mais en raison de la nature des systèmes respectifs du genre grammatical en anglais et en français, la traduction entraîna un déplacement de paradigme, entre une représentation genrée, féminisée en français et une représentation “dégenrée”, neutre en anglais. La notion de norme est également centrale, et prête considérablement à conséquence dans la définition de paradigmes de réalité psychique et de santé mentale, là où sont en jeu des traductions de termes centraux de la psychanalyse, ainsi que le démontre Patricia Cotti dans “The Freudian Sexual Trieb. Origins, Trials and Tribulations of a Psychoanalytical Paradigm.” Elle prend l’exemple du mot Trieb et de ses tribulations lorsqu’il s’est agi de distinguer cette notion de l’ “instinct” anglais et darwinien. Freud, avec son concept novateur de Geschlechtstrieb, marque un changement de paradigme dans notre conception de la sexualité humaine : et pourtant les traductions qui en furent faites en langues anglaise et française ont infligé à la notion et à la pensée de Freud des destinées qui l’ont parfois dénaturée.

Dans la troisième partie du recueil, cinq textes sont quant à eux plus nettement ordonnés autour de questions où la traduction est engagée dans le domaine de la littérature et de son histoire. Barbara Pausch, ← 11 | 12 → dans “Women Translators in Romantic Germany,” rappelle comment, en Allemagne, des femmes entrèrent en littérature par la “petite porte”, s’il en est, de la traduction. Or, loin de se voir reléguées par leur position, elles se retrouvèrent au contraire à la croisée des chemins en devenant les agents par lesquels la culture allemande put intégrer des concepts inédits. Cette réalité à la fois sociale, littéraire et politique, eut souvent à voir avec le style et les objectifs de ces traductrices. Dans “De la fiction à la non-fiction : traduire les textes de sciences humaines”, Bruno Poncharal s’interroge sur la dichotomie entre traduction des sciences humaines et sociales d’une part et traduction littéraire d’autre part. Il pose la question de savoir si l’opposition, présente dans la langue anglaise, entre “fiction” et “non-fiction” ne tend pas à créer des homogénéités trompeuses. Il se demande surtout si les concepts, dans le cas des textes de sciences humaines, peuvent être traités comme des entités isolées, c’est-à-dire hors de leur prise dans un texte, voire une narration. La difficulté même à traduire l’opposition fiction/non-fiction en français devrait être elle-même envisagée comme l’expression d’un symptôme à interpréter. Retour en Chine avec Philippe Postel et son article sur “The Scholar and the Beauty. First Translations of Chinese Novels in England and France”, autour des ces romans dits “de la belle et du lettré” qui figurèrent parmi les premières œuvres de fiction à être traduites du chinois dans des langues européennes aux XVIIIe-XXe siècles. Dans ce texte, l’auteur s’interroge sur les choix opérés par les traducteurs européens : pourquoi a-t-on traduit tel roman de préférence à tel autre ? Le choix tient non seulement à “l’horizon d’attente”, mais aussi aux modes de fonctionnement du milieu littéraire chinois et de la sinologie européenne, où l’on peut percevoir un certain nombre de motivations comme la logique encyclopédique, mais aussi le goût de l’exotisme. A l’autre bout du spectre, dans “Monstrous Possibilities: Translation in Patchwork Girl by Shelley Jackson”, Arnaud Regnauld se propose d’étudier la manière dont le paradigme traductif opère dans certaines formes émergentes d’hypertextualités électroniques. L’œuvre de Shelley Jackson se trouve prise dans le paradoxe dont tout traducteur fait l’expérience : l’intégration de textes étrangers implique leur domestication tandis qu’un tel métissage donne naissance – et ce ← 12 | 13 → concept est intéressant – à une monstrueuse progéniture dont l’excès et l’instabilité opposent une résistance farouche au processus d’assimilation et d’homogénéisation ethnocentrique. L’écriture électronique redouble encore cette aliénation, le code binaire et une langue maternelle étant incommensurables l’une à l’autre. Pour finir, c’est encore de modernité que nous parle Cécile Sakai dans “Translation and Creation, New Approaches of Japanese Contemporary Literature”, où elle émet l’hypothèse que le schéma classique du lien auteur-texte-lecteur se trouve bouleversé par la manière dont des auteurs contemporains (Murakami Haruki, Mizumura Minae, Tawada Yôko) interrogent, dans leurs stratégies littéraires, la place de la langue japonaise confrontée à la domination de l’anglais : cette nouvelle situation les conduit à explorer des modalités inédites de création littéraire qui anticipent sur la portée internationale des œuvres. La place et le rôle de la traduction s’en trouvent, par là même, déplacés.

***

Introduction

For quite some time now, translation scholars have been calling for a shift of the paradigms in which to consider the relationship between translation and the circulation of knowledge. Although the idea is largely admitted that the greater part of knowledge is made accessible worldwide thanks to translation, the actual impact of this state of affairs upon the production and circulation of knowledge is rarely taken into account; this is particularly the case in the humanities, due to the interpretative nature of the disciplines they encompass, and especially in literary and linguistic studies. As a matter of fact, an epistemological shift is implied by the act of translation itself. Translation may play a role within some disciplines for which intercultural transfer is a natural ← 13 | 14 → situation; conversely, other disciplines may take such a transfer itself as their object of study; or again, translation may be instrumental in circulating new practices and bringing texts to new audiences. In all these cases, translation itself can be perceived on a par with these texts and forms of knowledge as a transforming force and factor contributing to setting up new disciplinary fields.

If only for this reason, translation should be considered as part and parcel of the humanities, constantly remodeling the traditional borders between disciplines in an innovative and often unforeseen manner. Translation and translation studies are global disciplines and activities, which have varied considerably depending on contexts such as place, time, and scholarly discipline.

Bearing these parameters in mind, the contributions to this volume were selected from a large array of papers presented at a conference held on this topic at the University of Illinois at Urbana Champaign from October 14–16, 2010 – Paradigmes en mutation: Du rôle transformateur de la traduction pour les sciences humaines (Shifting Paradigms: How Translation Transforms the Humanities). Jointly organized by the Center for Translation Studies at UIUC and the Université Paris-Diderot, this conference allowed scholars of various disciplines (some of them also translators) to contribute from widely different perspectives to highlighting the role of translation as a theoretical framework that may help take into account the linguistic and cultural determinants of various disciplines in the humanities, notably calling upon concepts such as the dislocation of culture (H. Bhabha), the ethnocentric violence of translation (L. Venuti), the experience of the foreign (A. Berman), and the dissymmetry of cultural transfer.

The contributions gathered in this book are organized in three thematic areas: cultural transfers, terminology and literary studies.

Summary

Translation scholars have for a long time been arguing in favor of a shift in paradigms to redefine the relationship between translation and the spreading of knowledge. Although a substantial share of worldwide knowledge is conveyed thanks to translation, the effects of this state of affairs upon the ways in which knowledge is actually built are all too rarely taken into account. This is particularly the case in the humanities.
The papers presented in this volume fall into three thematic categories – cultural transfer, terminology and literature. The authors are all scholars in the humanities, and some of them are also translators. They analyze the effects of translation in diverse domains such as the intercultural exchanges among Far Eastern countries, and between Asia and the West; the constitution of terminologies; clinical practices in psychoanalysis; and the impact on the definition of literary genres.
Each contribution shows how the act of translation is an integral part of the humanities, producing effects which may often be unforeseen and surprising but are always occasions for innovation.
This volume contains contributions in English and French.

Details

Pages
390
ISBN (PDF)
9783035107005
ISBN (ePUB)
9783035198423
ISBN (MOBI)
9783035198416
ISBN (Softcover)
9783034314336
Language
English
Publication date
2015 (January)
Published
Bern, Berlin, Bruxelles, Frankfurt am Main, New York, Oxford, Wien, 2015. 390 pp.

Biographical notes

Antoine Cazé (Volume editor) Rainer Lanselle (Volume editor)

Antoine Cazé is Professor of American Literature in the Department of English and American Studies, Université Paris Diderot; he is Director of the Master’s Program in Professional Literary Translation, and in charge of the «Margins of Literature» research program in the LARCA (Laboratoire de recherches sur les cultures Anglophones – CNRS UMR 8225). A specialist of modern and contemporary American poetry, Prof. Cazé is also a literary translator. Rainier Lanselle is Associate Professor of Chinese Studies in the Department of Far Eastern Languages and Cultures, Université Paris Diderot; he is Co-director of the CRCAO (Centre de recherches sur les civilisations de l’Asie Orientale – CNRS UMR 8155). Prof. Lanselle is a specialist of classical Chinese narrative of the Yuan and Ming periods (13th-18th cent.), and also works in the field of psychoanalysis.

Previous

Title: Translation in an International Perspective