Show Less
Restricted access

L’Éducation nouvelle entre science et militance

Débats et combats à travers la revue «Pour l’Ère Nouvelle» (1920–1940)

Series:

Béatrice Haenggeli-Jenni

Cet ouvrage étudie l’Éducation nouvelle dans ses dimensions scientifiques et militantes. Porté par des praticiens convaincus qu’une réforme de l’école pourra transformer le monde, le mouvement attire aussi des scientifiques persuadés que la science a un rôle à jouer dans la quête d’une harmonie entre les hommes. Tous se rejoignent dans la volonté de construire une éducation basée sur une connaissance scientifique de l’enfant : selon eux, la pédagogie ne doit plus être un art mais une science.

Ce livre s’intéresse à la relation qu’entretiennent ici la science et la militance : quelle est la part de l’une et l’autre dans les revendications de l’Éducation nouvelle ? Comment le discours scientifique se mêle-t-il au discours militant ? Qui sont les acteurs engagés dans le mouvement et comment concilient-ils ces deux facettes dans leur activité ?

Dans une démarche d’histoire sociale, cet ouvrage puise ses apports dans la lecture fine d’une revue emblématique du mouvement, organe de la Ligue internationale pour l’Éducation nouvelle. Il étudie les questions en débat telles que les méthodes d’enseignement, le rôle du maître, la place des savoirs scolaires ou la liberté en éducation. Ce livre attache une importance particulière aux acteurs engagés pour cette cause et s’intéresse à leurs profils, réseaux et activités aux niveaux local et international.

Show Summary Details
Restricted access

Introduction

Extract



À la fin du 19e siècle, la construction des États nations et l’avènement des démocraties dans les pays occidentaux entraînent la mise sur pied de systèmes publics d’enseignement et de formation. Ceux-ci favorisent la généralisation de la scolarisation offrant une instruction gratuite, publique et obligatoire. Il s’agit de permettre à tous les élèves, quelles que soient leurs origines et appartenances sociales, d’accéder à une instruction dont le but ultime est de former des citoyens éclairés. Le défi, immense, est relevé avec brio, puisqu’en moins de 20 ans, des milliers d’établissements scolaires sont construits dans les villes comme dans les plus petits villages. Cette scolarisation de masse entraîne un besoin accru d’enseignants dont la formation se met en place au même moment, à travers la création d’institutions de formation, à l’exemple des écoles normales dans les régions francophones. Elle entraîne aussi des difficultés dans la gestion de l’hétérogénéité de ces grandes cohortes d’élèves dont les niveaux sont très divers. Malgré les efforts des administrations scolaires, des mouvements de contestation se forment peu à peu en marge de ces systèmes critiquant les dimensions encyclopédiques et scolastiques des méthodes de l’école publique. Parmi ces mouvements, l’Éducation nouvelle – Reformpädagogik, New Education1 – est l’un des plus influents et des plus étendus sur le plan international. Ses promoteurs proposent une autre conception de l’école et des méthodes...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.