Show Less
Restricted access

Outils d’enseignement : au-delà de la baguette magique

Outils transformateurs, outils transformés dans des séquences d’enseignement en production écrite

Series:

Martine Wirthner

Un nouveau dispositif – un outil de travail – transforme les pratiques des enseignants qui, à leur tour, interprètent le nouvel outil et le réinventent. Comment cela se passe-t-il précisément dans les classes ? En quoi ces transformations sont-elles source de développement professionnel ?

Cet ouvrage rend compte des résultats d’une recherche en didactique du français, menée avec des enseignants du secondaire I de Suisse romande (élèves de 13–14 ans). Quatre enseignants ont expérimenté un dispositif original qui leur était présenté touchant à l’enseignement de l’écriture d’un résumé informatif. Avant cela, ils ont réalisé une séquence d’enseignement sur un objet similaire selon leur façon habituelle de le traiter.

Les observations faites dans les classes montrent comment les enseignants ont organisé les séquences d’enseignement, quels sont les outils qu’ils ont retenus, la manière dont ils les ont utilisés et les changements qu’ils ont choisi d’y apporter.

Démarche, constats et conclusions intéresseront aussi bien les chercheurs, les formateurs que les responsables scolaires concernés par l’introduction de nouveaux dispositifs d’enseignement dans les classes.

Show Summary Details
Restricted access

Le résumé écrit D’un texte informatif

Extract



L’objet à enseigner et l’objet enseigné sont des éléments centraux de la relation didactique au sein de la classe. Même s’il n’est pas sûr que tout objet à enseigner provienne d’un savoir savant (il serait intéressant d’identifier les lieux d’émergence des savoirs scolaires), que le mouvement de la transposition didactique (au sens de Chevallard, 1991) peut être aussi bien descendant qu’ascendant1, que les savoirs ne sont pas seulement des notions mais aussi des savoir-faire et des savoir-être, qu’il n’y a pas que l’obsolescence qui use les savoirs et les transforme, l’idée même de transposition montre bien qu’il y a transformation des discours de savoir d’un lieu à un autre. Comme Perrenoud (1991) le souligne, le fonctionnement didactique est tributaire de contraintes, systémiques et épistémiques. Le réel résiste à ce qui était prévu.

Selon Schneuwly (1995a), les deux effets principaux de la transposition sont d’une part la fragmentation du corps de savoirs en séquences d’enseignement, selon une progression de l’apprentissage, d’autre part la création, pour les savoirs enseignés, de contextes nouveaux par rapport aux situations d’usage de ces savoirs. Pour être enseignés, les savoirs, issus de savoirs savants et de savoirs experts, doivent passer par une étape de modélisation, doivent être discutés, explicités, écrits. schneuwly, lui aussi, estime qu’il y a des mouvements transpositionnels ascendants et descendants. De plus, il existe véritablement un décalage entre les savoirs enseignés...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.