Show Less
Restricted access

Évaluation partenariale des politiques publiques d’éducation

L’expérience d’un dispositif d’évaluation du fonctionnement de l’enseignement primaire

Series:

Jean-Marc Huguenin and Georges Solaux

Dans cet ouvrage, la méthode de l’évaluation partenariale est développée et appliquée à des cas concrets de politiques publiques d’éducation. Selon cette méthode, les parties prenantes aux politiques d’éducation sont associées aux principales étapes de l’évaluation. Cela permet aux partenaires sociaux d’influer sur le processus, de s’en approprier les résultats et d’en faciliter leur mise en œuvre.

L’ouvrage expose tout d’abord trois cas concrets d’évaluations partenariales dont les étapes d’analyse sont détaillées. Les perceptions et les réactions des parties prenantes y sont notamment relatées. Les évaluations sont ainsi décrites et vécues de l’intérieur. L’ouvrage effectue ensuite un retour critique en présentant les obstacles à l’évaluation partenariale (et les manières de les lever) ainsi que les conditions préalables à une évaluation efficace.

Show Summary Details
Restricted access

Le degré d’autonomie des établissements

Extract



Problématique

Le développement du nouveau fonctionnement de l’enseignement primaire dans le canton de Genève se fonde notamment sur la volonté politique de déléguer des responsabilités aux établissements dans le cadre d’un processus d’autonomisation partielle. Ainsi, les travaux préparatoires du Département de l’instruction publique, de la culture et du sport (DIP) relèvent explicitement « la nécessité pour les écoles de disposer d’une autonomie étendue selon le principe d’une délégation de responsabilités de la part du Département, afin de prendre localement et dans les meilleurs délais des décisions »2. Dans ce cadre, différents constats sont effectués par le DIP, et notamment :

• la nécessité d’initier une réflexion sur les marges d’autonomie à installer dans le système ;

• le fait que ces marges d’autonomie doivent s’appuyer sur le principe fondamental de liberté à donner aux acteurs ;

• la volonté de lier le processus d’autonomisation au développement d’une véritable culture de l’évaluation dans le système ;

• le fait que l’autonomie des écoles ne peut être que partielle, ne pourra pas se réaliser sans aide ni structure d’appui et demeure fondée sur le contrôle et l’évaluation qui sont garants de l’unité du système éducatif.←11 | 12→

Pour concrétiser le processus d’autonomisation partielle et le transcrire dans les pratiques des acteurs concernés, le DIP a notamment d...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.