Show Less
Restricted access

Le débat interprétatif dans l’enseignement du français

Series:

Ana Dias-Chiaruttini

Le débat interprétatif est apparu en France au début des années 2000. Il accompagne le renouvèlement de l’enseignement de la littérature à l’école primaire et peut être considéré comme emblématique des changements attendus. Cette étude retrace son émergence. Elle éclaire le contexte favorable au débat dans toutes les disciplines scolaires, l’évolution des approches du concept interprétation, les apports de certains travaux, notamment les théories de la réception, ainsi que les apports des travaux sur les notions de lecture littéraire et sujet lecteur. L’ouvrage montre, par ailleurs, comment les enseignants l’intègrent dans leurs pratiques. Entre résistance, recyclage et renouveau, le format de la leçon de lecture évolue, le schéma de la communication également. Le débat interprétatif absorbe d’autres formes du discours sur les textes littéraires, se transforme et réinvente un enseignement singulier de la littérature à l’école primaire.
Show Summary Details
Restricted access

INTRODUCTION DE LA TROISIÈME PARTIE

Extract



Cette partie étudie les conditions d’élaboration et pour reconstruire les caractéristiques du genre du discours métatextuel élaboré en situation de DI. Elle cherche à identifier l’effet de l’activité enseignante sur les performances métatextuelles des élèves. Je recours au terme de performance en référence à l’usage que propose l’équipe Théodile (Daunay, 2008; Reuter, 2011), c’est-à-dire la reconstruction par le chercheur de ce que l’élève fait et dit et se trouve à la fois comme étant observable et observé. Les performances que j’analyse sont une construction abstraite du faire et du dire des élèves en situation de DI. Je n’induis pas à partir des performances analysées des apprentissages, dans la mesure où l’analyse porte sur une situation unique par classe et ne permet pas d’identifier des bougés qui permettraient de déterminer ce qui s’apprend en situation de DI. J’analyse ce qui se fait, se dit et y est mobilisé, autrement dit ce qui caractérise des pratiques singulières du DI.

L’activité enseignante est analysée pour déterminer des styles. Celle-ci s’appuie entre autres (cf. chapitre 7) sur la notion de geste(s) qui est emblématique de travaux récents et qui rassemble et croise une diversité d’expressions: gestes de métiers, gestes langagiers, gestes non verbaux, gestes de la réflexivité en actes, gestes génériques, etc., et se réfère à des champs théoriques différents (Bucheton, 2008). Si je...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.