Show Less
Restricted access

Paroles de témoins, paroles d’élèves

La mémoire et l’histoire de la Seconde Guerre mondiale, de l’espace public au monde scolaire

Series:

Nadine Fink

À la fin des années 1990, le rôle de la Suisse durant la Seconde Guerre mondiale fait l’objet de vives polémiques au cours desquelles se confrontent la mémoire portée par les acteurs du passé et l’histoire en tant qu’interprétation de ce passé. Les tensions et les controverses, largement relayées dans la société, n’épargnent pas le monde scolaire. Ainsi, jusqu’en 2008, plus de vingt mille élèves de Suisse visitent l’exposition L’Histoire c’est moi qui médiatise les témoignages audiovisuels de personnes racontant leurs souvenirs de l’époque de la guerre. En suivant la manière dont cette exposition a été vécue par le jeune public, ce livre étudie l’expression et la réception de la parole du témoin dans le champ scientifique, dans l’espace public et dans le monde scolaire. Il interroge à la fois la construction de la mémoire collective de la Seconde Guerre mondiale en Suisse et la contribution des témoignages oraux à la formation intellectuelle des élèves. Il montre comment se tisse le lien intergénérationnel entre témoins et élèves autour d’une représentation partagée du passé, souvent lisse et consensuelle, plus rarement critique et nuancée.
Show Summary Details
Restricted access

Chapitre 7: Les Élèves et L’histoire C’est moi

Extract

Poursuivant l’exploration de la manière dont une question historique faisant débat – la mémoire et l’histoire de la Seconde Guerre mondiale – interagit avec le monde scolaire, ce chapitre traite des élèves et de l’expression d’une pensée historienne à l’égard des témoignages de L’Histoire c’est moi. En écho au chapitre consacré aux enseignants, à leurs motivations, à leurs intentions et aux dispositifs qu’ils ont mis en œuvre, l’enjeu ici est de restituer la manière dont les élèves ont visité l’exposition, dont ils en parlent lors des entretiens et les connaissances historiques qu’ils en retirent. Les quatre dispositions intellectuelles définies pour caractériser la pensée historienne – un esprit critique, une conception problématisée de l’histoire, une conscience historique et une reconnaissance de la fonction sociale de l’histoire – forment la matrice de la seconde partie du chapitre.

Les analyses présentées se fondent principalement sur les entretiens menés avec les élèves, dans le but de qualifier leurs positionnements à l’égard de L’Histoire c’est moi à l’issue du travail réalisé en amont, pendant et en aval de la visite de l’exposition. Elles sont complétées par des données issues des observations de visites, des cours consécutifs et des productions écrites des élèves.1 L’analyse des propos des élèves a pour objectif de déterminer ce qu’ils ont retenu de L’Histoire c’est moi, de saisir de quelle manière ils se positionnent à l’égard des témoignages oraux...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.