Show Less
Restricted access

Paroles de témoins, paroles d’élèves

La mémoire et l’histoire de la Seconde Guerre mondiale, de l’espace public au monde scolaire

Series:

Nadine Fink

À la fin des années 1990, le rôle de la Suisse durant la Seconde Guerre mondiale fait l’objet de vives polémiques au cours desquelles se confrontent la mémoire portée par les acteurs du passé et l’histoire en tant qu’interprétation de ce passé. Les tensions et les controverses, largement relayées dans la société, n’épargnent pas le monde scolaire. Ainsi, jusqu’en 2008, plus de vingt mille élèves de Suisse visitent l’exposition L’Histoire c’est moi qui médiatise les témoignages audiovisuels de personnes racontant leurs souvenirs de l’époque de la guerre. En suivant la manière dont cette exposition a été vécue par le jeune public, ce livre étudie l’expression et la réception de la parole du témoin dans le champ scientifique, dans l’espace public et dans le monde scolaire. Il interroge à la fois la construction de la mémoire collective de la Seconde Guerre mondiale en Suisse et la contribution des témoignages oraux à la formation intellectuelle des élèves. Il montre comment se tisse le lien intergénérationnel entre témoins et élèves autour d’une représentation partagée du passé, souvent lisse et consensuelle, plus rarement critique et nuancée.
Show Summary Details
Restricted access

Préface

Extract

Ecouter et lire des histoires, les raconter, avec ou sans le secours des images, que celles-ci soient fixes ou en mouvement comme avec le cinéma, est la manière privilégiée qu’ont les humains pour exprimer et transmettre leur expérience, pour connaître d’autres expériences que la leur. Emotions, nouveautés, découvertes de mondes, d’événements et de personnages inconnus, mais aussi reprises et répétitions de ce que l’on sait déjà, les histoires suscitent intérêt et plaisir. Elles sont un support indispensable à la construction des identités, identités personnelles, identités collectives. Les identités personnelles font plutôt référence aux manières dont chacun raconte, pour lui ou pour d’autres, sa vie, ses expériences passées et présentes, les événements proches ou lointains qu’il juge à un moment donné importants. Les identités collectives font plutôt référence aux histoires qu’une collectivité se raconte et transmet et qui contribuent à permettre à des individus de se penser comme faisant partie de cette collectivité, une communauté d’appartenance. Histoires personnelles et histoires collectives nouent entre elles des rapports complexes et nécessaires. Chacun vit dans un monde, un contexte particulier, participe directement ou indirectement à telle situation, à tel événement et en devient un témoin plus ou moins proche; il en construit le récit et le souvenir à sa manière, développe son propre point de vue, un point de vue fait à la fois...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.