Show Less
Restricted access

Le jugement professionnel, au cœur de l’évaluation et de la régulation des apprentissages

Series:

Edited By Lucie Mottier Lopez and Walther Tessaro

Le jugement professionnel est au cœur des pratiques d’enseignement. Il représente un enjeu crucial pour l’évaluation formative et certificative des apprentissages des élèves. Il oriente le regard sur les compétences professionnelles nécessaires à l’exercice d’une évaluation pédagogique de qualité, inscrite dans un cadre éthique et déontologique. À travers le jugement professionnel, l’ouvrage a pour objectif de mieux comprendre le caractère complexe de l’évaluation située des apprentissages des élèves. Les chapitres présentent des recherches menées dans différents ordres d’enseignement et contextes de formation. Les auteurs ont choisi diverses entrées de problématisation : pratiques de notation, implication de l’élève dans l’évaluation, régulations dans des situations d’évaluation de compétences, négociation des cultures d’évaluation y compris au-delà de la salle de classe.
Show Summary Details
Restricted access

Introduction

Extract

de la première partie

Après des constats préoccupants, voire accablants, sur les divergences de notation entre évaluateurs dans le cadre d’examens certificatifs, les premiers docimologues, Laugier et Weinberg (1935), ont mis en question la professionnalité des jugements évaluatifs des enseignants-examinateurs, jugements considérés encore aujourd’hui par certains auteurs comme étant «défaillants» (e.g., Crahay, 2009) en raison des biais systématiques qui semblent les affecter. Les critiques réitérées des docimologues auraient dû conduire à une remise en question radicale, voire à un abandon des «manières de faire» des praticiens, au profit de méthodes fondées sur le paradigme de la mesure promue par la docimologie, cette «science des examens» alors en constitution au cours du XXe siècle. Or, malgré les critiques puis propositions concrètes des travaux docimologiques, les pratiques d’évaluation sommative et certificative des enseignants semblent jusqu’à récemment avoir peu changé.

Suite aux travaux en docimologie expérimentale (pour une synthèse, voir Noizet & Caverni, 1976), les recherches scientifiques sur les jugements des enseignants, et particulièrement sur la correction d’épreuves, ont connu un relatif désintérêt depuis les années 1970 jusqu’à la fin des années 1990. De multiples raisons peuvent expliquer le déclin de ces travaux, mais une des pistes possibles tient à la définition même de l’objet. En effet, aborder le jugement des enseignants en prenant comme fondement épistémologique et théorique la mesure...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.